Maurice : faire de Port Louis un hub régional

Lors d’un déplacement au Chantier naval de l’Océan indien, le 8 novembre, le premier ministre mauricien, Pravind Jugnauth, a rappelé son ambition de faire du port un hub régional pour les trafics conteneurisés.

La bataille des hubs dans les différentes parties du monde fait toujours rage. Port Réunion s’est déjà placé sur ce créneau en signant avec l’armement français CMA CGM un accord. Si les autres compagnies maritimes continuent d’escaler dans ce port, les autres ports de l’Océan indien essayent d’attirer d’autres armements. Le 8 novembre, lors d’un déplacement dans le Chantier naval de l’Océan indien, le premier ministre de Maurice, Pravind Jugnauth, a rappelé son soutien à l’économie bleue. « Le maritime est une des vitrines de l’économie du futur », a déclaré le premier ministre mauricien, a rapporté le site Inside News. Il a continué en assurant aux personnalités présentes à cette visite que le gouvernement « met tout en œuvre pour transformer le port en un hub régional ». La Mauritius Port Authority a déjà entrepris des travaux sur l’actuel terminal à conteneurs, le Mauritius Container Terminal, appartenant à la CHCL (Container Handling Company Limited, société d’État). Ce sont 6,5 Md Roupies mauriciennes (MUR), soit environ 159,3 M€, investies par le gouvernement pour l’amélioration des capacités su terminal. Une enveloppe utilisée pour approfondir le chenal d’accès à 16,5 m et pour disposer d’un linéaire de quai de 800 m.

Le projet du futur Island Container Terminal, situé face à l’actuel terminal à conteneur, tel qu’il a été présenté dnas le rapport annuel de la Mauritius Port Authority. ©MPA

Dans son dernier rapport annuel, l’autorité portuaire assure que Port Louis est le seul établissement à pouvoir accueillir des navires de 12 000 EVP. Pour aller encore plus loin et faire du port un hub régional, l’autorité portuaire et le gouvernement se sont engagés dans une nouvelle phase d’expansion. Le projet vise à construire un terminal à conteneurs face à l’actuel, le Island Terminal. Le projet prévoit la construction d’une digue de deux kilomètres et d’un terminal sur 40 hectares avec une capacité annuelle de 1MEVP.

quis velit, consectetur quis, ut Nullam id, non leo Donec