Marsa Maroc affiche un premier semestre encourageant

L’opérateur portuaire marocain, Marsa Maroc, a publié ses résultats du premier semestre 2018 le 30 septembre. Une première moitié d’année qui s’annonce meilleure avec une progression de 1,9% à 18,6 Mt.

En 2017, le manutentionnaire marocain Marsa Maroc a fait les frais d’une stabilité de l’économie du royaume chérifien avec une baisse de 0,6% à 36 Mt. Une contraction du trafic qui fait suite à deux années de croissance. Depuis son entrée en bourse, Marsa Maroc a malgré tout réussi à afficher une croissance moyenne annuelle de 1,3%. Si l’année 2017 a été quelque peu disputée, les premiers mois de 2018 laissent entrevoir un retour à la croissance du manutentionnaire.

Avec un trafic de 18,59 Mt, Marsa Maroc voit son volume traité augmenter de 1,9%. Une hausse qui tient principalement aux vracs solides et aux conteneurs, quand les vracs liquides enregistrent, pou rleur part, une baisse de trafic. La hausse des vracs solides tient principalement à la bonne tenue des trafics de charbon sur le port de Nador pour la centrale thermique de Jerada. Une bonne performance qui a permis de compenser les importations de céréales qui se sont réduites sur les premiers mois de l’année en raison de la bonne production céréalière nationale. Les vracs liquides traités par Marsa Maroc s’affichent à la baisse en raison du recul de la consommation nationale mais aussi de la perte de trafic sur le site de Mohammedia. Ce port recevait du fuel pour la tranche de sa centrale électrique. La centrale de Jerada est préférée pour la production électrique et le trafic de fuel qui s’est réduit à Mohammedia a profité au port de Nador. Quant aux marchandises diverses, elles perdent 17,6% à 1,1 Mt en raison du recul de 18% du trafic de produits sidérurgiques, victimes des mesures anti-dumping imposées par les Etats-Unis et à la fin du trafic de billettes d’un client sur le port de Jorf Lafshar.

Le trafic conteneurs est pour sa part à la hausse avec une progression de 8,5% à 470 000 EVP. Selon le rapport semestriel du manutentionnaire, ce trafic représente 66% du marché de la conteneurisation au Maroc, prenant en compte le trafic national de Tanger Med, soit un global de 717 000 EVP. Le terminal conteneurs exploité par Marsa Maroc à Casablanca voit son trafic augmenter de 12,5% à 367 000 EVP, grâce à la mise en ligne d’une nouvelle liaison Asie Europe qui assure une escale dans le port chérifien. Quant à Agadir, la diminution du trafic conteneurisé, passant de 107 000 EVP à 103 000 EVP, soit une baisse de 3,7%, est lié, selon Marsa Maroc, à la fin de la construction du projet de ferme solaire NOOR à Ouarzazate.

Fort de ces résultats, le chiffre d’affaires de Marsa Maroc grossit de 9,2% et atteint 1 391 MMad (127,6 M€). Une progression qui tient à l’augmentation du nombre de conteneurs manutentionnés mais aussi à la hausse du prix de la manutention. De plus, la progression des trafics de vracs solides, et notamment du charbon et du soufre, ont largement participé à cette bonne tenue du volume d’affaires. L’excédent brut d’exploitation augmente de 17% à 642 Mmad (58,9 M€)

ut tempus ante. vulputate, leo. id neque. eleifend sem, ipsum Praesent elementum