Bolloré pourrait perdre le port de Douala

Le 7 janvier, le directeur général du port de Douala a annoncé que le groupe Bolloré ne serait pas inscrit dans les cinq noms des pré sélectionnés pour la concession du terminal à conteneurs.

L’affaire pourrait faire grand bruit dans le Landernau portuaire africain. Alors que le groupe Bolloré gère depuis 2005 le terminal à conteneurs de Douala, le Douala International Container, le directeur général du port de Douala a annoncé le 7 janvier que le groupe français ne ferait pas partie de la liste des cinq attributaires pour la reprise de cette concession en fin d’année.

La concession du groupe Bolloré s’achèvera en fin d’année. Après avoir investi plusieurs millions d’euros sur le terminal, le groupe Bolloré pourrait devoir quitter les lieux en fin d’année. Le directeur général du port n’a pas donné le nom des cinq candidats retenus lors de la divulgation de cette information.

Cette décision reste malgré tout surprenante. Le groupe Bolloré est toujours présent au Cameroun en ayant remporté la concession du terminal à conteneurs de Kribi. Ce port, situé à 170 km au sud de Douala, a pour ambition de se positionner comme le hub portuaire d’Afrique centrale. Quant au port de Douala, il présente un handicap de taille avec un tirant d’eau limité à 6,5 m avec le marnage en plus. Pour quelles raisons ce port changerait il de mains ? Plusieurs éléments pourraient expliquer cela. En premier lieu, lors de la concession du terminal à conteneur de Kribi, un mouvement en faveur de la « camerounisation des opérations portuaires ». Les signataires d’une charte demandaient à ce que la majorité de la société en charge de la gestion de ce terminal soit donnée à une société camerounaise. Un autre élément pourrait peut-être expliqué ce retournement de situation. Le 8 mars dernier, le port autonome de Douala a signé avec la filiale internationale du port d’Anvers (Port of Antwerpen International) un accord de coopération pour les cinq prochaines années. La filiale du port anversois est déjà présente au Bénin et a signé un accord avec le port de Dakar. De là à imaginer que l’arrivée de la filiale du port d’Anvers a fait changer la stratégie du port de Douala, il n’y a qu’un pas qui n’est pas facile à franchir, sauf à ce qu’une société de droit belge prenne la suite du groupe Bolloré. L’avenir nous le dira.

sem, commodo libero. eleifend Lorem elementum mattis dictum felis mi, libero accumsan