Armateurs et bateliers fluviaux: une représentation professionnelle commune

Lors de l’assemblée générale du Comité des armateurs fluviaux (CAF) qui s’est tenue à Paris le 27 juin, le président de l’organisation a présenté les contours de la nouvelle fédération qui uniera armateurs fluviaux et bateliers.

Le transport fluvial de fret et de passagers a connu en 2018 une progression de ses trafics. Un point qui a ravi le président du Comité des armateurs fluviaux (CAF), Didier Léandri. Ce retour dumode fluvial démontre aussi de la volonté des opérateurs logistiques de privilégier la mobilité verte. Le fluvial reste néanmoins face à des défis à relever rapidement parce qu’ils sont « des enjeux importants pour le secteur, porteurs de risques et d’opportunités », indique un texte émanant du CAF. Parmi eux se retrouvent la fiabilité des infrastructures existantes, le soutien au modèle économique de VNF, l’avenir du projet de canal Seine-Nord-Europe, l’intégration des trois ports de Seine formant Haropa, la fluidité du passage portuaire, la performance environnementale et la représentation professionnelle.

Le point principal de cette assemblée générale a porté sur la volonté des transporteurs fluviaux, qu’il s’agisse des armateurs et des bateliers de créer une fédération prenant le relais des deux organisations professionnelles, la CNBA (Chambre nationale de la batellerie artisanale) et le CAF dans une seule et unique fédération pour la représentation professionnelle. Pour le représentant du ministre en charge des transports, Julien Dehornoy, «le gouvernement sera présent aux côtés de la profession pour accompagner la mise en place d’une nouvelle structure, ouverte à tous les transporteurs fluviaux». Et le président des armateurs, Didier Léandri a conclu par déclarer au représentant du ministre : «c’est une Profession fluviale combative, unie et volontariste, avec laquelle vous devez désormais compter».

libero massa vulputate, elementum Sed elit. ut id Phasellus