Fluvial : une solution pour le chantier de Notre-Dame de Paris

Après l’incendie survenu sur le toit de Notre-Dame de Paris, la cathédrale de la capitale va devoir faire appel à de nombreux matériaux pour sa rénovation. Haropa Ports de Paris propose de choisir la solution fluviale pour les approvisionnements du chantier.

L’incendie de Notre-Dame de Paris a causé des dégâts considérables tant à la toiture que sur la structure de la cathédrale. Les architectes réfléchissent et vont proposer des alternatives pour une rénovation du monument. Toujours est il que la rénovation demandera l’approvisionnement de matériaux et d’engins pour exécuter les travaux. Dans ce contexte, Haropa Ports de Paris a rappelé que la Seine offre des solutions logistiques fluviales. « Les acteurs de la Seine se mobilisent pour apporter une solution fluviale aux défis du chantier de reconstruction de Notre-Dame de Paris. HAROPA – Ports de Paris et la Communauté Portuaire de Paris, en lien avec Voies Navigables de France (VNF) et les services de la Préfecture, ont procédé à un premier recensement des sites mobilisables à proximité pour le chantier de reconstruction, à l’intérieur du Bras de la Monnaie, pour approvisionner le site sans fermeture de la navigation malgré les contraintes d’accès », indique un communiqué de Haropa. Notre-Dame de Paris se situe sur l’île de la Cité. Les sites de déchargement à proximité du chantier ont été recensées sans perturber le trafic fluvial.

À Paris, le fluvial a su démontrer sa capacité à proposer des solutions innovantes. Depuis la bilbiothèque François Mitterand jusqu’au Stade de France en passant par le prolongement de la ligne D du RER, ce mode de transport a été utilisé pour l’évacuation des déblais et l’approvisionnement ne matériel et matériaux.

Haropa Ports de Paris rappelle que la filière bois s’organise pour revenir à un usage du fleuve, notamment pour approvisionner des chantiers parisiens depuis la Normandie. L’utilisation du fleuve pour la logistique de la rénovation de Notre-Dame de Paris sera avant tout un pari sur la transition écologique pour des chantiers de grande envergure et complexe comme celui de la cathédrale. L’autorité portuaire parisienne va plus loin et propose des techniques innovantes. « Les opérations de manutention et le transport des matériaux, du parvis jusque dans les barges, pourraient compléter le dispositif fluvial : téléphérique, stockage à même les barges, portiques en quai haut, tapis avitailleurs, etc. Certaines ont déjà été expérimentées à l’occasion de chantiers dans Paris et le long de l’axe Seine », indique Haropa Ports de Paris.
« Si l’on dispose de peu d’illustrations d’époque, on sait que la Seine a joué un rôle essentiel pour acheminer les matériaux ayant servi à la construction de Notre Dame. L’histoire est en passe de se renouveler, le fleuve y est prêt », indique Olivier Jamey, président de la Communauté Portuaire de Paris.

Praesent consectetur ut mattis elit. at neque. Praesent ipsum
Share via
Copy link
Powered by Social Snap