La France demeure un fournisseur privilégié de l’Algérie

Avec un déficit commercial de 5,03 Md$, l’Algérie a amélioré sa balance commerciale. Une réduction de 50% de la situation grâce notamment aux exportations d’hydrocarbures. La France se place au second rang des fournisseurs du pays juste derrière la Chine, expliquent les données provisoires des douanes algériennes.

Le déficit algérien s’est élevé à 5,03 Md$ en 2018. Un chiffre qui reste en amélioration par rapport à 2017. L’année 2018 marque un redressement dans le commerce extérieur algérien puisqu’il s’est amélioré de 50%. En 2017, le déficit commercial de l’Algérie a atteint 10,8 Md$.

Les données provisoires du centre national des transmissions et du système d’information des douanes d’Algérie montre une hausse des exportations de 17% à 41,1 Md$. Les importations, pour leur part, n’ont progressé que de 0,3%, à 46,1 Md$. La hausse importante des exportations a permis de résorber en partie le commerce extérieur algérien. Une performance que l’Algérie doit principalement aux exportations d’hydrocarbures. Avec 38,3 Md$, ce poste a augmenté de 15,2%. En 2018, les hydrocarbures ont représenté 93,3% des exportations du pays. Les autres produits exportés ont augmenté de 46,6% à 2,8 Md$. Ils restent marginaux par rapport aux hydrocarbures avec à peine plus de 6% du commerce extérieur algérien. Ils se composent de produits semi finis pour l’industrie, de produits alimentaires, de biens de d’équipements pour l’industrie, et de biens d’équipements agricoles.

Du côté des importations, la facture énergétique a été particulièrement réduite. Les entrées de carburants et de lubrifiants se sont réduites en 2018 avec une baisse de 49% à 1,01 Md$. Les approvisionnements en biens d’équipements agricoles et industriels ont perdu de leur volume. Dans le même temps, les importations de produits alimentaires ont progressé de 1,6% ainsi que les produits bruts avant transformation. Les importations, indique les chiffres provisoires des douanes algériennes, ont été payées, à hauteur de 59,5%, cash. Le solde a été financé par des comptes de devises propres des importateurs.

Le commerce extérieur de l’Algérie place la France à un rang élevé. Elle se positionne au troisième rang des clients et au second rang des fournisseurs. Les principaux clients de l’Algérie se situent en Europe. L’Italie, l’Espagne et la Grande-Bretagne font partie du podium. La France et les États-Unis composent le reste du quinté de tête des clients de l’Algérie. Le premier pays client de l’Algérie demeure l’Italie qui a représenté 14,9% des exportations du pays. L’Espagne entre pour 12,1%, la France pour 11,2%, les États-Unis pour 9,4% et la Grande-Bretagne a pesé 6,7% dans les exportations algériennes. En terme de progression, c’est l’Espagne qui a remporté la palme en 2018 avec une hausse de 21,7% de ses importations depuis l’Algérie. La France, avec 4,6 Md$ en provenance de l’Algérie a vu ses échanges augmenter de 4,4%. Dans la liste des pays clients le Maroc et la Tunisie ne se trouvent qu’en 14è et 15è position alors qu’ils sont frontaliers.

La Chine voit ses exportations vers l’Algérie se réduire en valeur

Les fournisseurs de l’Algérie sont sensiblement les mêmes que ceux des années précédentes. La Chine prend la première place même si l’Empire du milieu a vu ses exportations vers l’Algérie se réduire en valeur. Derrière la Chine, la France entre en seconde place avec 4,7 Md$ de produits vendus, en hausse de 11%. L’Italie, l’Espagne et l’Allemagne forment enfin le quinté de tête des importateurs algériens. L’Allemagne a vu en 2018 ses livraisons vers l’Algérie se réduire légèrement de 1,6%. En 2018, deux pays ont vu leurs exportations vers l’Algérie augmenter significativement. La Turquie a vu ses trafics progresser de 14,8% à 2,3 Md$. Des importations qui peuvent se composer de véhicules et de produits raffinés. L’autre pays à avoir vu ses exportations vers l’Algérie progresser est l’Argentine avec une hausse de 24,4% de ses exportations à 1,8 Md$. Le pays a diversifié ses approvisionnements céréaliers. Si la France reste un fournisseur important pour l’Algérie en céréales, l’Argentine a pris des parts de marché sur la première moitié de la campagne 2018/2019.

elit. pulvinar ultricies diam felis commodo felis