Pointe Noire : le point unique de contrôle du port est mis en service

Le 11 avril, le Port Autonome de Pointe Noire a mis en service le point unique de contrôle de sortie. Un guichet qui vise à faciliter le transit des marchandises dans le port mais aussi à éviter les contrôles frauduleux.

C’est avec la présence du ministre des transports, de l’aviation civile et de la marine marchande de la République du Congo, Fidèle Dimou, que la cérémonie d’inauguration de ce point unique de contrôle a pris part. Il s’est agit pour le ministre de venir inauguré un nouveau bâtiment. Bien au-delà de ce simple bâtiment, c’est toute une nouvelle infrastructure et des processus mieux maîtrisés que le ministre a inauguré. L’objectif de ce point unique de sortie vise à centraliser les formalités de sortie des marchandises. « De nouvelles mesures qui visent à mettre fin à des taxes illégales de différentes administrations non habilités », a indiqué dans un article l’Agence d’information d’Afrique centrale. Une plus grande transparence dans le paiement des droits et taxes en sortie du port signifie aussi un prix moins élevé pour les importateurs et donc, au final, sur le panier de la ménagère.

La création de ce guichet unique est né dans le cadre d’un comité de pilotage et un plan d’action de la facilitation et la simplification du passage portuaire créé en octobre 2015. Après avoir étudié les différentes alternatives, ce comité a proposé la création d’un point unique de contrôle, ce que le décret du 11 mars 2019 a officialisé. Le texte prévoit que seuls deux services sont habilités pour contrôler les marchandises au sein du port : les douanes et les services phytosanitaires. Les autres administrations devront donc ne pas gêner les opérations portuaires.

« La fluidité du passage portuaire réside dans la nature et la qualité de contrôle qui sont fixées par la convention internationale visant la facilitation du trafic maritime international dite convention FAL de 1965 et la loi n° 03-2007 du 24 janvier 2007 règlementant les importations et les exportations en République du Congo. Ainsi, la nécessité de rationaliser les contrôles à la sortie et à l’entrée du port était devenue impérieuse pour soulager le panier de la ménagère notamment en éliminant les faux frais générés par des contrôles intempestifs dans l’enceinte portuaire. Cette rationalisation passe par la réorganisation des contrôles de la marchandise exercée par des services mandatés aux frontières notamment la douane et les services phytosanitaires, la clarification du rôle des acteurs chargés de la sûreté, sécurité et de la protection des biens et des personnes, du rôle de la surveillance de la marchandise et des autorisations de leur mainlevée », a déclaré Séraphin Bhalat, directeur général du Port autonome de Pointe-Noire.

Ce point unique de contrôle a coûté 140,1 MFCFA (soit environ 213 000 €). Il se compose de bureaux, d’un système informatique central pour authentifier les opérations douanières et accélérer le traitement du passage de la marchandise.

Lors de cette inauguration, les différents intervenants ont salué l’ouverture de ce point unique de contrôle et ses effets attendus sur le coût du passage portuaire sans omettre que d’autres actions doivent être entreprises pour une plus grande fluidité et une baisse des coûts comme la baisse du prix du passage et le fonctionnement du guichet unique transfrontalier. Pour les importateurs, le pré dédouanement des marchandises s’avère chronophage. Ces différentes opérations sont coûteuses et occupent près de 60% du temps des opérateurs douaniers. La mise en service d’un véritable réseau informatique connecté avec les différentes administrations et entièrement dématérialisé constituerait une nouvelle étape vers une baisse des coûts portuaires.

 

Praesent libero leo. efficitur. ut consequat. mattis leo ut vel, amet, dapibus