Brittany Ferries confirme sa politique en faveur de la transition écologique

En annonçant le nom des deux prochains navires de sa flotte, Brittany Ferries confirme sa stratégie vers une transition écologique dès les prochaines années.


Le 8 juillet, Brittany Ferries a dévoilé les noms de ses deux prochains navires  : les Kerry et Santoña. Le Kerry entrera dans la flotte en novembre de cette année et sera affecté à la ligne entre Cork et Santander. L’autre navire, le Santoña qui sera affrété à Stena. Il entrera dans la flotte de l’armement de Roscof en 2023. Navire de type E-Flexer, il sera le troisième de la série dans la flotte de Brittany Ferries après le Salamanca et le Honfleur. Ces trois navires seront alimentés au GNL, un carburant aux vertus écologiques selon une étude citée par le groupe roscovite.
L’entrée en flotte du Santoña démontre la volonté du groupe de faire appel à des propulsions au gaz pour réduire les gaz à effet de serre et les particules. Le premier de la série sera le Honfleur dont l’entrée en service est prévue en 2020. Il est actuellement en construction dans un chantier en Allemagne. Le Honfleur assurera des rotations entre Caen et Portsmouth. Le second navire, le Salamanca, arrivera dans la flotte en 2022 et sera affecté aux liaisons entre la Grande-Bretagne et l’Espagne. Des lignes longues dans le golfe de Gascogne.
Outre leur propulsion plus écologique les deux navires qui seront affectés aux liaisons avec l’Espagne offriront des capacités supérieurs, tant pour les passagers que pour le fret, que les navires actuels. Aujourd’hui, les liaisons entre la Grande-Bretagne et l’Espagne sont assurées par le Cap Finistère et le Baie de Seine. En augmentant la capacité par navires tout en réduisant les émissions, Brittany Ferries prévoit aussi de réduire le nombre de rotations passant ainsi de cinq actuellement à quatre quand les deux prochains navires entreront en flotte. Une hausse du nombre de places pour les passagers et de mètres linéaires par semaine mais avec moins de départ. La progression de 28% de capacité fret et de 10% pour les passagers combinée avec la réduction d’une rotation permettra de réduire de 46% les émissions de CO2 par passagers.
Quant au soutage des navires en GNL, il est prévu un système de chargement du gaz dans un conteneur dans le port de Dunkerque qui sera acheminé à Caen par camion. Les conteneurs seront ensuite chargés sur les navires par une grue spécifiquement dédiée. Il sera placé à l’arrière du navire pour alimenter les réservoirs. Quand le conteneur sera vide, il sera remplacé un autre lors d’une escale. Un conteneur devrait permettre au navire d’assurer au moins un aller et retour entre Caen et Portsmouth. Une logistique qui a un coût supplémentaire «  partiellement compensée par le soutien du programme d’investissement pour l’avenir géré par l’Ademe  », indique un texte de Brittany Ferries. Du côté espagnol, un accord signé avec la société pétrolière locale, Repsol, permettra de disposer de conteneurs de gaz dans les deux ports desservis par l’armement roscovite, Bilbao et Santander.

vel, pulvinar nec suscipit Aliquam tempus ipsum quis Donec