Bordeaux Port : un contrat de partenariats signé entre le port, la région, le conseil départemental et Bordeaux Métropole

Le 27 mai, un contrat de partenariats a été signé le 27 mai entre le Grand port maritime de Bordeaux, la région Nouvelle Aquitaine, le conseil départemental de Gironde et Bordeaux Métropole. Un contrat signé pour redéployer l’attractivité du port.

Alors que le Grand port maritime de Bordeaux se débat pour retrouver un nouveau souffle, il a signé avec la région, le conseil départemental et la métropole pour se fixer des objectifs et une nouvelle ambition au niveau économique, industriel et touristique. L’accord prévoit six principaux objectifs communs entre les différentes collectivités locales. Cette coopération se décline au travaers de six points. Le premier prévoit d’accélérer le développement économique et industriel avec les acteurs économiques. Ensuite, il prévoit de prioriser et d’accompagner la réalisation des infrastructures nécessaires au développement d’une logistique durable. Le troisième point prévoit de définir la stratégie d’aménagement urbain sur les fonciers portuaires et limitrophes et de favoriser une insertion environnementale des activités. Le quatrième point prévoit de poursuivre le développement des activités fluvio-maritimes tant pour le transport de voyageurs que de marchandises. Le pénultième point prévoit de créer une nouvelle dynamique commerciale et de promotion du port et des territoires au niveau régional, national et international. Enfin, ce contrat de partenariats doit améliorer les relations entre la ville et le port pour une « réappropriation du port et du fleuve par les populations ».

Cette nouvelle ambition du port se déclinera en 17 actions portées par des groupes de travail qui seront suivi par deux instances, un comité de pilotage et un comité technique.

Le Grand port maritime de Bordeaux subi des aléas conjoncturels en raison des mauvaises récoltes de maïs des dernières années, d’une baisse des exportations de blé et d’entrées de produits raffinés. Avec un bilan difficile en 2018, le GPM de Bordeaux s’interroge sur l’avenir de ces différentes filières, nous expliquait le directeur commercial en janvier. Ce contrat devrait permettre de donner un nouveau souffle au port et lui permettre de revenir à ses niveaux du début de la décennie, à plus de 8Mt.

velit, luctus ultricies vel, venenatis ut Donec libero. ut quis