Durres : le port albanais a perdu 1,9% de son trafic en 2018

Le port albanais de Durres, premier port du pays, a perdu 1,9% de son trafic total à 3,6 Mt. Les gains réalisés sur les importations n’ont pas permis de compenser les pertes importantes sur les exportations. Le port n’a pas donné les résultats 2017 de ses trafics, il est difficile de pouvoir donner sur certains éléments précis les évolutions des flux.

En Albanie, le port de Durres se place à la première place du système national. Selon les statistiques nationales, l’Albanie réalise 90% de son trafic portuaire par le port de Durres. Les 10% restants sont à mettre au crédit des ports de Shengjini, Volra et Saranda. Le port de Shengjini a traité 6% du trafic national, celui de Vlora entre pour 3% et celui de Saranda a pesé 1%.

Avec un trafic de 3,6 Mt en 2018, le premier port albanais a perdu 1,9% de son trafic global en 2018. Une année de diminution qui ne doit pas cacher la progression globale sur les sept dernières années. En effet, depuis 2011, le port de la capitale albanaise a gagné 3,5%. Les deux tiers du trafic, environ 67%, se composent des importations. Le dernier tiers constitue les importations. Ce déséquilibre des flux est endémique sur le port. Hormis, en 2013, les flux se sont équilibrés avec 53% des importations et 47% des exportations.

Quelque 300 000 t de marchandises importées se composent de matériaux de construction. L’autorité portuaire annonce le déchargement de 106 000 t de ciment sur le terminal ouest du port de Durres ainsi que 81 594 t de bois mélaminés destinées à l’industrie et de 36 535 t de fer pour la construction. De plus, 73 068 t de fer à bétons et 15 316 t ont été déchargés sur les quais pour alimenter l’industrie du BTP albanais. Sur le même terminal, quelque 80 000 t de fertilisants et de nitrates pour l’agriculture sont venus grossir les flux en importation. Le terminal céréalier a reçu, en 2018, 197 000 t de blé. Enfin, ce sont environ 192 000 t de coke de charbon qui ont été déchargées sur le terminal de l’est.

Le ciment, un flux import et export

Le ciment représente une part importante du trafic du port de Durres. Si à l’importation le ciment représente 106 000 t, l’Albanie exporte une partie de sa production. Ainsi, les cimenteries de la région de Fushë Kruja, située à 50 km à l’intérieur du pays depuis le port de Durres, exportent chaque année une partie de la production de ciment. En 2018, 76 224 t de ciment albanais ont été exportées vers le marché italien, par le port de Margherita, et celui de Malte.

Le port de Durres traite majoritairement ses marchandises avec la Russie, la Turquie et l’Italie. La Russie entre pour la plus grande part avec 28% des marchandises importées et exportées par Durres. En analysant uniquement les importations, la Russie entre en première position avec 38% de ces flux vers l’Albanie. Une grande partie des matériaux de construction mais aussi des céréales provient des ports de la mer Noire. La Turquie entre pour 20% et l’Italie pour 11%. Malte vient en quatrième position avec 8% et la Grèce clos le quinté de tête avec 7%. Au total, ces cinq pays enternt pour 75% du trafic total du port de Durres. La France, l’Ukraine, la Lybie, l’Espagne et les États-Unis constituent les autres principaux pays de commerce avec l’Albanie.

Le trafic conteneurisé reste relativement faible dans le port de Durres. Avec 1,5 Mt, les conteneurs ont pesé 134 526 EVP en 2018. Un trafic en progression de 13,7% par rapport à 2017. Ce trafic reste relativement équilibré selon l’autorité portuaire puisqu’en 2018 67 836 EVP ont quitté le port pour 67 140 EVP à l’import. Des chiffres qui ne tiennent pas compte de la différence entre les conteneurs vides et les conteneurs pleins.

Au départ de Durres, deux armateurs offrent des lignes régulières vers les ports de Bari et de Ancone. Une activité fret se développe sur ces lignes. En 2018, le trafic fret des ferries a totalisé 875 000 t. Environ 72% de ce trafic, soit 633 000 t sont réalisées par des opérateurs routiers albanais. Les 242 000 t restantes le sont par des étrangers disposant d’une licence d’opérer dans le pays. La ligne entre Bari et Durres, opérée par deux armements, Adria Ferries et Noble Maritime, a réalisé un trafic de 354 588 t. La ligne sur Ancone, réalisée par les mêmes armateurs, a totalisé 267 243 t. Enfin, le port annonce un trafic de 12 000 t sur la ligne avec Trieste.

L’approfondissement du chenal d’accès

Fort de ces résultats, qui n’ont pas pu être comparés avec ceux de l’année précédente en raison de l’absence de résultats publiés, l’autorité portuaire de Durres prévoit une croissance de 6% de son trafic pour 2019. Une progression qui devrait se décliner sur les marchandises en vrac et le trafic conteneurisé. Seuls les flux des ferries devraient enregistrer une croissance moindre. Pour continuer à être une porte d’entrée pour le pays, l’autorité portuaire prévoit plusieurs investissements. La principale tâche sera l’approfondissement du chenal d’accès et du bassin d’évitement du port. Une enveloppe de 8,6 M€ sera consacrée en 2019 à ces travaux. Ces opérations de dragage permettront de passer le tirant d’eau du port de 7,5 m à 10,5m. Cela permettra d’accueillir des navires de 174 m, soit environ 1 500 EVP de capacité. Le chenal d’accès du port s’étend sur 6 755 m quand la largeur s’étend de 115 m à 303 m. Les travaux devraient être réalisés dans le courant du premier semestre.

Un premier semestre encourageant

De janvier à mars 2019, le trafic du port de Durres a totalisé 966 491 t, soit une progression de 8% par rapport au premier trimestre de 2017. Le port a réussi à tenir son budget avec une hausse plus importante que prévue. Le trafic réalisé sur les quais a augmenté de 11% à 745 000 t, en hausse de 11%, alors que le trafic ferry n’a été en hausse que de 1% à 222 000 t. Un bon premier trimestre qui a été dopé grâce au trafic croissant sur le seul mois de mars qui a gagné 42% par rapport à celui de l’an passé.

fringilla ut libero. Praesent elementum risus quis, ante. eget