Port Réunion : la logistique maritime pèse 194 M€

En août 2019, l’Insee a publié une étude sur la valeur ajoutée dégagée par le Grand port maritime de La Réunion. Les activités maritimes pèsent 194M€, en intégrant le commerce, la pêche et la construction navale. Un secteur qui affiche une croissance de 40% entre 2012 et 2016.

Port Réunion s’affiche en tête des ports d’outre-mer avec un trafic de 5,5  Mt en 2018. Le port a profité d’une croissance de son trafic conteneurisé grâce à la mise en place d’un hub pour le compte du groupe CMA CGM. Dans ce contexte, la valeur ajoutée apportée par le port à l’île n’a eu de cesse de grimper au cours des dernières années.
Entre 2012 et 2016, la valeur ajoutée apportée à l’île par les activités de manutention portuaire ont augmenté de 13M€. L’organisation de transport a vu pour sa part sa valeur ajoutée perdre 2  M€. Au total, ces deux activités de la logistique ont pesé, en 2016, 89  M€, soit une hausse de 14%. Une progression de la valeur ajoutée qui doit s’analyser avec les effectifs employés. Les deux activités de logistique maritime (organisation des transports et manutention portuaire) totalisent en 2016 quelque 1573 emplois. La tendance montre que les emplois dans la manutention portuaire perd 10 postes alors que dans l’organisation de la logistique, le nombre de salariés a progressé de 40 emplois.

Un hub pour CMA CGM

Des chiffres que l’Insee explique par les travaux engagés par le port. En 2015, l’achèvement de l’extension du port Est, puis l’achat de nouveaux portiques et finalement la décision du groupe CMA CGM de faire de l’île Bourbon son hub pour la région ont permis au Grand port maritime de La Réunion de se placer au premier rang des ports d’outre-mer avec un trafic conteneurisé de plus de 300  000  EVP dont 70  000  EVP en transbordement. Le taux de transbordement est passé de 4% en 2012 à 29% en 2016. Une progression que l’Insee salut. Or, bon nombre d’experts rappellent que les trafics d’un hub ont cette particularité d’être volatils.
Le port dans l’île pèse relativement peu dans la valeur ajoutée de l’île avec 2% de l’emploi et 7% de la valeur ajoutée. Certains secteurs ont un poids plus important comme par exemple les hydrocarbures. Un salarié de cette filière peut générer jusqu’à 304  000  € par an de valeur ajoutée ne serait-ce que par la vente d’essence dans l’île.
Le poids de l’emploi reste plus élevé avec 1010 salariés employés dans les activités d’organisation du transport et de manutention. Le projet de créer une zone logistique en arrière-port devrait doper cette croissance de l’emploi. Une zone de 87 hectares qui devrait permettre de voir le nombre d’emplois augmenter de 1800 postes., «  mais aussi dans des activités nouvelles, si l’on se réfère à la densité d’emplois observée sur le complexe portuaire en 2016 dans le secteur de la logistique  », indique le rapport de l’Insee.

vulputate, odio amet, ut nec id mattis
Share via
Copy link
Powered by Social Snap