Ports conteneurisés: les vingt premiers changent peu

Le classement des vingt premiers ports conteneurisés mondiaux a peu changé en 2018. L’Asie domine toujours mais quelques pertes et de fortes progressions pourraient annoncer des changements dans les prochaines années.

Le classement des vingt premiers ports conteneurisés du monde a peu changé en 2018. En premier lieu, le ratio entre le premier port, Shanghai et le 20è, Long Beach en 2018, est de 5,2. En 2017, le ratio entre le premier et le vingtième port, Tanjung Pelepas en 2017, était de 4,9. Au cours des mois passés, la différence entre le haut du tableau et le bas grandi. Il s’agit plus d’une progression constante de la part du premier plus que de perte du vingtième port.

Dans le classement des vingt premiers ports, la plus forte progression revient au port malais de Tanjung Pelepas qui a augmenté de 32,7% à 10,9 MEVP. Une croissance forte qui permet au port du sud est asiatique de gagner six places, laissant ainsi les ports de la fin du tableau perdre des places.

Lors de nos premières estimations réalisées en janvier (lire notre article), nous attirions l’attention sur un probable retrait de Hong Kong du quinté de tête. La baisse de 5,4% du port du sud de la Chine confirme ce que nous annoncions. Hong Kong est sorti du quinté de tête. Pire il a été dépassé par Guangzhou (Canton) qui a gagné 7% de son trafic à 21,9 MEVP. Le port chinois semblait avoir réussi à maintenir son cinquième rang pendant plusieurs années. Une nouvelle baisse et le voilà qui régresse mais plus par la bonne tenue des ports de Busan et de Guangzhou. En effet, outre la bonne performance de Canton, le port sud coréen de Busan a gagné 5,5% à 21,5 MEVP. En 2017, Hong Kong et Busan était côte-à-côte avec une différence de 300 000 EVP. Aujourd’hui, les deux ports affichent une différence de 1,9 MEVP en faveur du sud coréen.

En milieu de tableau, Dubaï enregistre, en 2018, une diminution de son trafic de 2,7% à 14,9 MEVP. Le port du golfe Persique n’a pas réussi à conserver sa neuvième place et perd un rang au profit de Tianjin. Le port du nord de la Chine, le plus près de Beijing, gagne 6,8%. L’explosion d’un conteneur qui avait ravagé le port en août 2015 n’a jamais véritablement pesé sur les trafics. Le port n’a eu de cesse de progresser depuis 2014 avec une moyenne de 3,4% par an.

Dans la seconde moitié du tableau, seul le port de Hambourg affiche une baisse de son trafic en 2018 de 1% à 8,7 MEVP. Depuis 2014, le port allemand a perdu 11% de son trafic passant de plus de 9,7 MEVP à 8,7 MEVP. Au total le port a perdu 1 MEVP sur les cinq dernières années. Les sanctions à l’encontre de la Russie par l’Europe, destination dont Hambourg s’est longtemps fait une spécialité, explique cette baisse. Une contre performance qui lui a valu de perdre deux places dans le classement des vingt premiers ports mondiaux conteneurisés.

Déjà, les premiers résultats portuaires diffusés par le consultant néerlandais Dynamar montre la première sortie des ports millionnaires. Valparaiso a perdu 15,9% pour repasser sous la barre du million d’EVP à 944 700 EVP. Dans le même temps, le port turc de Tekirdag a gagné 15,8% à 1,08 MEVP. Le port situé en mer de Marmara gagne des parts de marché et s’impose face à son concurrent de Istambul. L’installation d’une usine de Renault Dacia dans la ville et sa montée en puissance explique en partie la croissance du port de la mer de Marmara. Autre progression importante en 2018, le port colombien de Buenaventura a gagné 48% et fait son entrée en force dans le classement des ports millionnaires. Avec 1,3 MEVP contre 920 000 en 2017 et 864 000 EVP en 2017, le port colombien a su tiré profit de l’agrandissement du canal de Panama pour jouer le rôle de hub et de plate-forme logistique pour la Caraïbe.

En observant les progressions par pays, il apparaît que les ports chinois ont quelque peu perdu de leur taux de croissance. Ils gardent leurs places dans le haut du classement mais les taux de croissance se tassent. Ainsi, Dalian n’a progressé que de 0,3% et Xiamen de 2,9% en 2018 contre des chiffres qui frôlaient les 8 ou 9%. À l’inverse, chaque année le nombre de ports de plus de 10 MEVP augmente. Ils étaient 14 en 2016, 15 en 2017 et ils sont au nombre de 16 en 2018. En 2019, si Dalian progresse de plus de 1%, il pourrait faire son entrée dans le club des 10 millionnaires.

Quant aux ports français millionnaires, à savoir Haropa et Marseille. Ils devraient conserver leur 60è place pour Haropa et Marseille devrait rester juste après le 100è rang.

Praesent ante. sit adipiscing id porta. ut ipsum Aenean fringilla