Alain Cazorla : « Rouen est devenue une friche portuaire »

Ancien directeur commercial du Port autonome de Rouen puis line manager de MSC, Alain Cazorla a derrière lui une expérience de plusieurs décennies sur l’Afrique du nord et de l’ouest. Avec le recul, il analyse les potentiels de développement des liens entre les différentes régions d’Afrique.

L’Afrique de l’ouest est devenue pour les pays de la Méditerranée un nouvel axe de développement. Ainsi quand Marseille-Fos réalise un trafic de 13 000 conteneurs sur cette région alors que Casablanca réalise plus de 30 000 conteneurs vers cette destination (voir la vidéo 1). Il imagine une liaison entre Marseille-Fos et l’Algérie qui se poursuivrait par la route pour rejoindre l’Afrique de l’ouest et du centre. Enfin, il constate le poids considérable que le port de Tanger a pris sur le continent.

Après avoir été directeur commercial du Port autonome de Rouen, Alain Cazorla regarde avec amertume ce qu’est devenu l’ensemble Haropa (voir notre vidéo 2). Il a proposé de faire d’Haropa un ensemble fluvial et maritime avec une prise de décision à Paris. Il dresse un constat alarmant pour Rouen : « Rouen est devenue une friche portuaire ». Malgré tout Rouen a les moyens d’être une base arrière de Port 2000 et une aide de développement de ce terminal. « Il faut redonner à Rouen de la compétitivité ».

Dans le monde actuel, les armateurs se sont engagés dans une course au gigantisme qu’Alain Cazorla considère comme « imposée par la nouvelle donne mondiale » (voir notre vidéo 3). Il considère que les investissements faits par les armateurs dans le terrestre doit se limiter. « Un armateur ne pourra pas tout apporter aux chargeurs. Il faut que les armateurs soient sur le transport maritime, le terrestre et la manutention et c’est tout ! ».

Et pour Alain Cazorla les grands enjeux pour l’Europe c’est l’Afrique (voir la vidéo). Ce que les chinois réalisent actuellement sur l’Afrique devrait alerter les européens.

Aliquam diam adipiscing dictum risus eget ipsum ut