Les ports marocains en croissance de 4,7% au premier semestre

Avec un trafic de 43,6 Mt, les ports marocains gérés par l’ANP enregistrent une croissance de 4,7% au cours du premier semestre.

Le premier semestre 2018 confirme les tendances imprimées au cours des années précédentes avec une bonne tenue des trafics des ports marocains gérés par l’ANP (L’Agence nationale des ports gère l’ensemble des établissements marocains à l’exception de Tanger, géré par une société indépendante). Cette augmentation du trafic est principalement liée aux trafics internationaux qui progressent de 7% à 25,8 Mt pour les importations et de 2,5% à 16,1 Mt pour les exportations. Les trafics de cabotage sont en recul pour leur part. Les importations en cabotage perdent 1,4% à 1,2 Mt quant aux exportations elles diminuent de 15,2% à 502 175 t.

Les vracs solides emportent la grande majorité des trafics avec 61% du trafic global. Sur les 26,5 Mt de vracs solides, les exportations de phosphates conservent leur première place avec un trafic de 5,6 Mt, en hausse de 7,7 Mt. L’autre courant d’exportation des ports marocains revient aux engrais qui gagnent 6,9% à 4,7 Mt. Les importations, qui entrent pour 55% des trafics de vracs solides, sont avant tout composées de céréales, de charbon et de soufre. Ces trois courants enregistrent chacun pour leur part, une hausse de leur trafic.

Du côté des vracs liquides, la situation est moins réjouissante. Avec un trafic global de 8,9 Mt, en recul de 4,8%, les différents courants sont au rouge. Les importations d’hydrocarbures et le cabotage, tant à l’importation qu’à l’export, perdent de leur volume pour totaliser 5,06 Mt, soit une baisse de 8,6%. Les exportations d’acide phosphorique et les importations d’ammoniac suivent cette tendance avec une diminution de, respectivement, 8% à 1,7 Mt et de 2,8% à 811 311 t. Seul courant à compenser cette diminution de trafic, les huiles végétales gagnent 10,7% à 356 082 t.

Enfin, du côté des marchandises diverses, si les trafics conteneurisés et le roulier voient leur volume augmenter, les autres marchandises, comme le bois et les produits sidérurgiques perdent de leur teneur. Les trafics d’agrume et de produits primeurs sont pour leur part en hausse.

Avec 634 046 EVP, le trafic conteneurisé des ports gérés par l’ANP enregistre une croissance de 3,9% su rle premier semestre de l’année. Casablanca et Agadir sont les seuls deux ports à disposer de ce type de courant. Le port de Casablanca a vu son volume progresser de 5,7% à 530 866 EVP. Si la progression de trafic se confirme sur les six derniers mois de l’année, Casablanca pourrait entrer, pour la première fois, dans le cercle des ports millionnaires. En 2017, le port a totalisé 986 926 EVP avec une croissance de 3,8%. Le second port conteneur du Maroc géré par l’ANP est celui d’Agadir qui a perdu 3,9% de son trafic à 103 058 EVP. Une diminution qui tient aux trafics de primeurs et d’agrumes.

 

Le port de Jorf Lafshar ©ANP

Le principal port marocain géré par l’ANP, en volume, est celui de Jorf Lasfar. Situé à 120 km au sud de Casablanca, ce port est principalement dédié aux trafics de phosphates de l’OCP (Office chérifien des phosphates) et de charbon pour la centrale thermique située sur le port. Avec 16,1 Mt, ce port a vu son trafic augmenter de 13,4%. Le second port marocain, Casablanca a perdu 1,9% à 15,6 Mt. Ce sont plus de 590 000 t que le port du centre du pays a perdu. Une baisse liée principalement aux mesures anti-dumping sur les produits sidérurgiques.Les ports d’Agadir, Laayoune et Nador ont enregistré une hausse de leur trafic. Le port de Dakhla, dans le sud du Maroc, près de la frontière mauritanienne, voit son trafic progresser de 7,7% à 317 100 t. La volonté du gouvernement de faire de ce port une porte d’entrée et de sortie pour les trafics du sud du pays profitant de la production maraîchère mais aussi de l’augmentation du tourisme localement qui nécessite des besoins en croissance.

Les ports en baisse sont, d’une part, celui de Mohammedia qui voit ses trafics se réduire de 12,7% à 2,6 Mt. Une diminution qui tient surtout à la baisse générale des vracs liquides qui sont en retrait sur l’ensemble des ports marocains.Enfin, le port de Safi s’inscrit dans la même veine que Mohammedia avec une diminution de 5,4% à 2,8 Mt. Le port étant principalement axé sur les trafics d’acide phosphorique et de soufre, il a souffert de la baisse de ces trafics au niveau national.

Tanger Med : une hausse de 7% des conteneurs
Le terminal à conteneurs de Tanger Med DR
Sur le premier semestre 2018, le trafic conteneurisé du port de Tanger Med, géré par TMSA (Tanger Med S.A) a enregistré une hausse de 7% de son trafic conteneurisé à 1,6 MEVP. Le trafic roulier s’inscrit dans la même tendance avec une hausse de 14% à 185 052 camions qui ont transité par les installations du port. Le trafic de véhicules neufs suit ce mouvement avec une progression de 17,7% à 252 194 unités. Les exportations provenant de l’usine Renault de Tanger se portent bien avec 160 757 unités, en hausse de 11,4%, pour un trafic global de 204 244 véhicules. Quant aux trafics réalisés sur le terminal public, ils s’établissent à 47 950 unités.
id, Donec mattis leo. Aliquam Praesent velit, luctus elit. sem,
Share via
Copy link
Powered by Social Snap