P&O Ferries investi 260 M€ dans de nouveaux navires

Le groupe britannique a annoncé le 24 septembre, vouloir investir 260 M€ dans la construction de nouveaux navires pour ses liaisons sur le détroit. Ils seront opérationnels en 2023.

Depuis quelques années, les différents opérateurs sur le détroit du Pas-de-Calais n’ont pas reçu de nouveaux navires. L’annonce le 23 octobre par l’armement P&O Ferries met un terme à cette absence. Le groupe britannique a annoncé l’investissement de 260 M€ dans des nouveaux navires qui seront opérationnels en 2023. Les deux ferries seront construits dans les chantiers naval de Guangzhou International. Le contrat prévoit une option pour la construction de deux autres navires.
Chaque navire aura une longueur de230 m et seront les plus grands navires opérant sur le détroit du Pas-de-Calais.
« Ces navires conçus dans le respect des normes environnementales et du développement durable seront les premiers de ce type jamais construits pour naviguer sur la Manche, offrant la meilleure expérience possible à nos clients et en établissant de nouvelles exigences en matière de fiabilité et de rentabilité », a indiqué Janet Bell, directrice générale de P&O Ferries.
Outre leur longueur, les deux prochains navires présentent plusieurs nouveautés. L’armement annonce une réduction de 40% du carburant avec le stockage dans des batteries du surplus d’énergie généré par le moteur. Le système de récupération de chaleur économise du carburant ce qui réduit l’empreinte carbone du navire. Il permettra d’économiser du carburant et de réduire l’empreinte carbone du navire en utilisant un système vapeur qui fournit de la chaleur aux réchauffeurs de carburant ULSFO (Ultra Low Sulfur Fuel Oil), aux réservoirs de carburant, aux réchauffeurs d’épurateurs ainsi qu’au réchauffage du système de chauffage, ventilation et climatisation. De plus, une pompe à chaleur sera utilisée pour le préchauffage de ces systèmes pour l’eau chaude des sanitaires, pour les salles des machines ainsi que pour les locaux techniques situés au-dessous du pont 8. À terme ce navire pourra devenir à « zéro émission de carbone ». Une ambition qui ne sera possible que «  sur la double hypothèse qu’il y ait davantage de stations de recharge électriques à quai dans les ports mais aussi de batteries », indique la compagnie maritime.
Chaque navire sera doté de deux passerelles de commandement,ce qui signifie que le navire ne sera pas tenu de faire demi-tour dans les ports.Une économie ne temps, calculée à sept minutes, mais aussi en carburant puisque le demi-tour dépense à chaque fois une tonne de soute.
Une nouvelle forme de coque révolutionnaire et des propulseurs azimuthaux augmenteront la maniabilité du navire. En effet, la coque sera beaucoup plus large que celle des ferries qu’ils replaceront sur la Manche, ce qui rend possible la présence de deux propulseurs azimuthaux à chaque extrémité du navire, et améliorera ainsi la manoeuvrabilité du navire, apportera une aide à la navigation puis permettra de ne pas effectuer de manoeuvre de demi-tour à proximité du port

felis leo. ut Donec luctus efficitur. eleifend ut dolor. nec