Greenpeace en conflit avec le soja brésilien au GPM de Nantes Saint-Nazaire

En une semaine, Greenpeace a déclenché deux actions au GPM de Saint-Nazaire. L’une a visé un entrepôt l’autre un navire.

Greenpeace a ouvertement déterré la hache de guerre contre les installations du GPM de Saint-Nazaire. Le 7 juin, les activistes écologistes ont bloqué l’entrée d’un navire, le Cabrillo, dans le port. Les reproches ? Ce navire importe du soja OGM en provenance du Brésil.

Contre la déforestation

Le Cabrillo en arrivée au port a été pris d’assaut par des membres de Greenpeace. Ils veulent alerter l’opinion sur les conséquences de la culture du soja OGM au Brésil. En provenance du Cerrado, région du Brésil, le soja transporté est issu d’une culture ravageant la savane locale.

La situation au Brésil désastreuse

« Cette action vise à protéger les forêts du monde entier », assure dans un communiqué le groupe écologiste. « La situation au Brésil est désastreuse : la politique destructrice de Jair Bolsonaro attise les flammes qui dévorent des écosystèmes exceptionnels », continue Greenpeace.

Refuser la complicité de la France

Face à cette situation, le groupe refuse que « la France soit complice d’un tel drame. Elle doit tout faire pour y mettre un terme. Cela ne pourra passer que par la fin de la déforestation », continue le groupe écologiste. Il reproche au gouvernement de Paris de fermer les yeux.

Le navire a déchargé sa cargaison

Pour finir le navire est entré sous escorte de la gendarmerie maritime dans le port. Il a pu accoster à son quai le 8 juin au matin pour commencer les opérations de déchargement, opérées par Sea Invest Nantes.

Blocage d’un entrepôt de Sea Invest

Cette action intervient quelques jours après le blocage de l’entrepôt de Sea Invest au GPM de Nantes Saint-Nazaire. Cette installation est, aux yeux de Greenpeace, accusée de recevoir du soja brésilien qui participe à la déforestation de l’Amazonie.

Une longue séquence de mobilisations

« Cette action ouvre une longue séquence de mobilisations et de communication dont l’objectif est de mettre la déforestation importée au cœur de l’actualité estivale pour faire pression sur Emmanuel Macron et son gouvernement afin que cesse la déforestation importée », indique un texte de Greenpeace.

Alimentation du bétail: un trafic dans plusieurs ports

En 2020, le GPM de Nantes Saint-Nazaire a importé 2,2 Mt de produits pour l’alimentation du bétail. Une partie de ces importations se compose de soja en provenance du Brésil mais aussi d’autres origines. Le port de Lorient et celui de Brest ont aussi développé une activité liée à l’importation d’aliments du bétail.