Corridors : des conteneurs à la vitesse d’un avion

Un accord signé le 5 décembre entre HHLA, manutentionnaire hambourgeois, et la société américaine Hyperloop Transportation prévoit la création d’une co-entreprise entre les deux sociétés pour développer le système de l’hyperloop.

En signant un accord pour la création d’une co-entreprise entre la société américaine Hyperloop Transportation et le manutentionnaire hambourgeois HHLA, les premiers pas vers un nouveau concept de desserte des corridors intérieurs serait en train de voir le jour. Cette structure doit développer et ensuite commercialisé un système de transport pour les conteneurs maritimes. Le système développé par Hyperloop Transportation vise à transporter des personnes ou des marchandises à la vitesse d’un avion de ligne. Le principe prévoit de faire voyager des conteneurs à la vitesse maximum de 1023 km/h. Chaque conteneur devra être placé dans une capsule qui pourra être envoyé dans le réseau d’Hyperloop chaque 40 secondes. L’avantage de ce système, selon Hyperloop, réside dans sa faible consommation en énergie puisque le système fonctionne avec des tubes en basse pression qui aspirent les capsules.

Angela Titzrath, présidente de HHLA et Dirk Ahlborn, président de Hyperloop Transportation Technology, lors de la signature de la création de la co-entreprise.©Thies Rätzke

La création de cette co-entreprise entre la société américaine et la société allemande prévoit la création d’une gare de transfert sur le terminal de HHLA et le développement d’une capsule dédiée aux conteneurs maritimes. « Nous souhaitons développer un système innovant d’une logistique efficace », a déclaré Angela Titzrath, présidente de HHLA. « Ensemble, nous allons développer un système logistique complet qui ne se concentrera pas uniquement sur la vitesse et l’efficacité mais aussi sur la prise en compte des impératifs des ports », a continué Dirk Ahlorn, président et fondateur de Hyperloop Transportation Technology. Les premiers tubes pour le transport de personnes est actuellement en construction dans la région de Toulouse. Les premiers essais pourraient intervenir en 2019.

Ce système de livraison de conteneurs à grande vitesse rappelle le projet qui a été vendu au port de Cherbourg à la fin des années 90. Une société, Fast Ship, avait imaginé un système pour livrer des conteneurs maritimes d’un port à l’autre avec un navire à grande vitesse. Les conteneurs auraient été déchargés par des tapis roulants puis directement chargés sur des trains pour offrir, par exemple, un temps de transport de quatre jours entre le centre des États-Unis et la Suisse. Faute de financements, le projet n’a jamais vu le jour.

neque. ut pulvinar Praesent ipsum libero