Tanger Automotive City: à côté des conteneurs, l’automobile

Tanger est devenu au fil des années un hub pour l’industrie automobile. Avec son terminal sur le port et sa zone franche logistique dédiée à l’automobile, la Tanger Automotive City, le port marocain s’est hissé à la première place des ports africains sur le trafic des voitures neuves.

Tanger est d’abord connu pour son trafic conteneurs. L’ouverture en 2007 de Tanger Med 1, et, l’année suivante, la décision du Roi Mohammed VI d’entamer les travaux pour la construction de Tanger Med 2, ouvert en juin 2019, a hissé le port du nord du Maroc dans le haut du tableau des ports conteneurisés. Mais, Tanger Med est aussi un concept plus large de port auquel est attaché des zones franches logistiques. Pour gérer et développer ces zones franches, la société de Tanger Med Special Agence, TMSA, a créé une structure spéciale dédiée à la construction et la commercialisation de zones franches logistiques. Plusieurs zones existent aujourd’hui autour de Tanger qui sont regroupées par métiers. Celle dédiée à l’industrie automobile a pris le nom de Tanger Automotive City. L’idée de créer un espace dédié à cette filière automobile est née après l’ouverture en 2012 de l’usine de Renault à Melloussa. Le groupe automobile français a ouvert cette usine pour produire des modèles comme la Sandero, la Docker ou encore la Loggy. Aujourd’hui l’usine Renault produit quelques 400  000  unités par an.
«  Il a fallu créer une zone proche de l’usine Renault pour permettre à ses sous traitants d’être au plus près de la production. Ainsi, l’idée de la Tanger Automotive City est née à cinq kilomètres de l’usine de Melloussa  », explique Imane Agzenay Biyout, directrice du développement de Tanger Med Zones, une filiale de Tanger Med SA dédiée aux zones logistiques. En 2013, la zone ouvre ses portes. Six ans plus tard, elle est occupée à 100%, continue la directrice du développement.
Tanger Automotive City s’étend sur 300 hectares. Elle regroupe une cinquantaine d’entreprises spécialisées dans la production de pièces automobiles. «  Au début, nous avons vu arriver des sociétés françaises et espagnoles. Petit à petit des asiatiques sont venus s’implanter.  » La Chine est représentée par la société ZTT, le Japon par Jtech, l’Inde ou plus récemment le sud coréen Hands qui réalise des jantes. Des sociétés industrielles pour l’automobile mais aussi d’autres secteurs comme Siemens qui s’est installé pour construire des éoliennes destinées à tous les marchés du monde.
Outre les sociétés industrielles, la Tanger Automotive City a besoin de logisticiens dédiés à l’automobile. Au nord de la zone, un espace de 22  000  m2 est en construction pour accueillir des opérateurs logistiques. La région offre encore des disponibilités dans la région. Un programme d’investissement de 9Md DHM (840M€) est engagé pour construire de nouvelles plates-formes dans les cinq prochaines années.
«  La stratégie du Maroc a été d’impulser des secteurs clés autour du port pour attirer des industriels et créer de l’emploi. En offrant des avantages fiscaux aux sociétés qui se sont implantées localement, le Maroc a su s’imposer dans ce secteur et bénéficie du transfert de savoir-faire  ». La proximité avec le port de Tanger Med, environ 40 km, lui offre une capacité d’export sans pareil. En effet, les terminaux à conteneurs permettent aux sociétés industrielles présentes dans la zone d’exporter une partie de leur production vers l’ensemble des marchés par conteneurs. Le terminal ferry offre à Renault la possibilité d’exporter une partie de sa production par camion directement vers l’Europe. Tanger est à 14 km d’Algésiras. Enfin, sur le port de Tanger, un terminal roulier a été créé. Il s’étend sur 20 hectares. Une première phase de 13 hectares a été concédé à STVA pour traiter le trafic automobile de Renault en provenance de l’usine de Melloussa. L’ouverture au mois de mai de l’usine du groupe PSA à Kénitra, située à 250 km au sud de Tanger, devrait confirmer la position du port dans le trafic roulier. Le groupe automobile français prévoit de produire 100  000  unités par an en vitesse de croisière. Les voitures seront acheminées par train par le groupe Gefco vers le port de Tanger Med. Elles seront transbordées sur une partie du terminal concédé à STVA. Face au développement de ce trafic automobile, le port de Tanger prévoit de construire un silo de stockage avec une capacité de 5000 unités. Il sera opéré par STVA.

ut elementum velit, ante. quis lectus nec
Share via
Copy link
Powered by Social Snap