CMA CGM Jacques Saadé : un porte-conteneurs écologiquement géant

Le 22 septembre, le groupe CMA CGM a pris livraison du CMA CGM Jacques Saadé. Un navire de 23 000 EVP doté des dernières technologies pour une navigation écologique.

Le gigantisme dans le monde de la conteneurisation s’est, pour l’instant tourné vers la capacité des navires. Les navires de Hyundai (HMM Oslo, Le Havre et Rotterdam) affichent 24 000 EVP. CMA CGM a choisi d’appliquer à ce gigantisme des innovations technologiques pour une navigation plus écologique.

Une vision du futur

Il porte le nom du fondateur du groupe CMA CGM, Jacques Saadé. Construit dans le chantier Jiangnan de Shanghai, le navire offre une capacité de 23 000 EVP. Sa particularité est d’être propulsé au GNL (gaz naturel liquide). Pour l’armement, en prenant le nom du fondateur du groupe, « un entrepreneur visionnaire », précise CMA CGM, ce nouveau navire s’affiche comme une vision du groupe vers le futur. « Le Groupe CMA CGM fait ainsi la démonstration de sa détermination à agir pour la transition énergétique du transport maritime », précise l’armement marseillais.

Une propulsion écologique

La propulsion au GNL représente le meilleur outil industriel pour préserver la qualité de l’air. Selon le groupe CMA CGM, il permet de réduire de 99% les émissions de dioxyde de soufre et de particules fines et de 85% les émissions de dioxyde d’azote. « Des caractéristiques qui vont au-delà des normes internationales en vigueur actuellement », continue CMA CGM.
En outre, la propulsion au GNL permet de réduire de 20% les émissions de CO2. « Cette technologie est une des premières étapes pour converger vers l’objectif de neutralité carbone que le Groupe CMA CGM s’est fixé d’ici 2050. »

Une cuve de 18 600 m³

Un navire aux dimensions gigantesques.

Le GNL est stocké dans une cuve de 18 600 m3. Une contenance qui lui permet de réaliser un voyage d’Asie vers l’Europe et retour. Pour être utilisé, le GNL doit être stocké à une température de -161°C. La cuve, formée de plaques d’inox, doit constituer un cocon thermique pour maintenir le gaz à son aspect liquide. Deux couches d’isolation et une deuxième membrane enveloppent la cuve. Elles sont dotées de capteurs pour s’assurer que les conditions de stockage du GNL demeurent optimales. L’alimentation des moteurs se fait dans un état gazeux. Le processus est réalisé en fonction de la consommation nécessaire du navire selon sa vitesse et ses besoins en électricité.

Un design repensé

Outre les nouveautés sur la propulsion, le design du navire a été repensé. Sur l’avant, le bulbe a été profilé pour réaliser une étrave droite et effilée. À l’arrière, l’hélice et le safran ont été redessinés pour une propulsion optimisée. La passerelle a été entièrement digitalisée pour une plus grande anticipation sur la conduite. Enfin, le navire dispose d’un traitement des eaux de ballast. Il permet de rejeter à la mer des eaux entièrement débarrassée de tout organisme vivant pouvant impacter la biodiversité.

sed nunc dictum risus velit, diam sem, risus. lectus