France PCS: un GIE entre la Soget et MGI

Le 10 décembre, la Soget et MGI ont présenté France PCS, un GIE qui regroupe les deux PME françaises pour offrir une structure nationale au service des opérateurs logistiques.

Le Comité interministériel à la logistique (Cilog), qui s’est tenu le 7 décembre, entre le ministère de l’industrie, représenté par Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l’Industrie, et le ministère des Transports, avec Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué auprès de la ministre de la Transition écologique, chargé des Transports, a présenté des mesures pour un secteur logistique durable.

La simplification du passage des marchandises

Parmi les mesures annoncées lors de ce Cilog, figure la simplification du passage des marchandises aux points d’entrée et de sortie de notre territoire. Ce point est une des raisons qui ont amené les deux sociétés françaises Soget et MGI à créer un GIE pour unir leur force. Jusqu’à présent chacune des deux sociétés opère son propre système. La Soget a développé S)One et MGI CI5. « Ensemble, nous assurons 95% du fret maritime français depuis les ports », a indiqué Hervé Cornède, président du directoire de la Soget et de France PCS. Les deux systèmes sont interopérables entre eux et avec ceux de l’administration.

Quatre projets majeurs

La mise en place de ce GIE vise à porter quatre projets majeurs. Le premier doit accompagner la création de points de contact unique aux frontières. « En concertation avec l’administration et les professionnels de la chaîne logistique portuaire, nous définirons la meilleure articulation pour réduire les coûts et améliorer la fluidité du trafic », a expliqué Rémi Julien, président du directoire de MGI. Le deuxième projet concerne l’accompagnement des initiatives pour l’accompagnement de la promotion de la performance portuaire française.

Guichet unique maritime

Le troisième axe de ce GIE s’inscrit dans le cadre de la politique européenne de déployer un guichet unique maritime par pays. « Nous proposons de le mettre en œuvre avec l’administration », a continué le président du directoire de MGI. Enfin, le dernier projet s’attèlera à agir sur la cyber-sécurité dans les ports en offrant des solutions efficaces aux entreprises et à l’administration.

La performance logistique des ports français


« Nous pouvons démontrer que les ports français sont performants. L’observatoire de performance portuaire existe depuis le Cimer 2019. Nous mettrons notre savoir-faire à disposition pour permettre à nos clients et à l’administration de mesurer cette performance », a souligné Hervé Cornède. Au final, ce GIE doit donner un nouveau dynamisme au commerce extérieur français en lui offrant une simplification, ont déclaré les deux présidents de directoire.

Un GIE, pas une fusion

La finalité de ce GIE n’est pas d’aller vers une fusion des deux sociétés. « Ce n’est pas l’objet de notre intervention d’aujourd’hui, a déclaré Rémi Julien. Nous voulons d’abord unir nos forces et notre savoir-faire pour construire l’avenir. » Cependant, depuis plusieurs années, le gouvernement appelle de ses vœux la création d’un champion français des Port Community System pour faire front à la concurrence des autres pays européens. Ce GIE constitue une première réponse.