Gratuité des THC au port de Djibouti pour les chargeurs éthiopiens

Le 14 avril, la Djibouti Ports and Free Zones Authority, a annoncé la gratuité des THC pour les chargeurs éthiopiens.

Un geste de solidarité entre pays africains. La Djibouti Ports and Free Zones Authority (DFZA), autorité portuaire de Djibouti a annoncé le 14 avril la gratuité des THC pour les marchandises éthiopiennes. Celle-ci interviendra pendant une période de deux mois, ou 60 jours, à partir du 16 avril.
« Nous espérons que la Corne d’Afrique et la Mer rouge resteront ouvertes aux affaires avec le monde », indique l’autorité portuaire. « Nous demandons aux armements, dès lors que les contrats de vente se font en FOB, aux commissionnaires et aux transporteurs terrestres, routiers et ferroviaires, d’agir dans le même sens : tirons ensemble dans la même direction », continue le port de Djibouti. Le port de la Corne d’Afrique lance cet appel pour ne pas entraver le commerce international et surtout les économies régionales.
Quelques jours plus tôt, l’autorité portuaire de Djibouti a salué ses liens avec la Chine. « C’est dans les moments difficiles que nous reconnaissons nos amis », souligne la direction générale du port dans un communiqué du 8 avril. Elle rappelle que le 8 avril, l’Afrique compte déjà 10 646 cas confirmés par le virus Covid 19 et déplore 532 décès. « Le continent est sérieusement affecté par la pandémie qui aura un impact sur ses économies. Et, la Chine est le seul pays du monde à venir au secours des pays africains affectés par le virus. Aucun autre pays ne nous aide sauf la Chine », a continué Aboubaker Omar Hadi, président de la DFZA. Le port de Djibouti a annulé la concession de son terminal à conteneurs au groupe dubaïote DP World, et l’a confié à Chine Merchants.
Lors de son intervention télévisée du 13 avril, le président de la République, Emmanuel Macron, a demandé à annuler la dette de nombreux pays africains pour les aider dans leur lutte contre le virus et limiter l’impact sur l’économie de ces pays.

© Un article de la rédaction de Ports et Corridors. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.