Guyane : le GPM affiche une croissance sur les cinq premiers mois

Avec un trafic de 355 934 t, le Grand port maritime de Guyane affiche une croissance de 0,84% sur les cinq premiers mois.

La situation sanitaire en Guyane est encore difficile. L’activité économique n’a pas été arrêté. Le confinement n’a lieu qu’en soirée et le week-end pour éviter une contagion trop importante. Les autorité sanitaires locales estiment que le pic de la pandémie devrait intervenir en fin du mois de juillet.

La continuité économique

En maintenant l’activité économique sur le territoire guyanais, les représentants de l’État jouent la carte de la croissance. Une voie prise qui se décline dans les trafics portuaires. Avec une hausse de 0,84% du trafic à 355 934 t, le Grand port maritime de la Guyane reflète la continuité économique du territoire.

Vracs liquides en hausse

La croissance du trafic est essentiellement tirée par les vracs liquides. En effet, ce courant affiche une hausse de 5,3% à 131 027 t. Composés d’hydrocarbures et de méthanol, les hydrocarbures montrent que l’économie guyanaise maintien son niveau d’activité.

La crise a touché la filière BTP

Les baisses les plus importantes sont à mettre à l’actif du fret roulier. Avec une diminution de 7,7%, le roulier atteint 4 288 t sur les cinq premiers mois de l’année. La baisse de vente de véhicules n’a pas épargné le territoire français en Amérique du sud. Les vracs solides ont aussi souffert au cours de ces cinq mois. Avec 26 838 t, ils accusent un retrait de 3,48%. Composés principalement de clinker et de gypse pour la fabrication de ciment, les vracs solides apparaissent comme un baromètre de la filière BTP du département. Au cours des cinq mois passés, ce secteur d’activité a souffert de la crise sanitaire.

Baisse des conteneurs pleins

Quant aux marchandises diverses, conteneurs, fret pour l’armée et trafic destiné au spatial, il enregistre une baisse minime. Il perd 1,17% à 193 781 t. Une baisse qui peut s’expliquer par le report de lancement sur le site spatial de Kourou. La consommation, sur la période de janvier à mai, reste pour sa part étale. En nombre de conteneurs, le trafic progresse de 6,24% à 25 410 EVP. Une hausse qui concerne les expéditions de conteneurs vides. Les boîtes pleines affichent pour leur part une baisse de 7,67% à 12 961 EVP.

Le Grand port maritime reste prudent sur la seconde moitié de l’année. L’état du trafic dépend en grande partie de la résorption de la crise sanitaire locale et du redémarrage de la commande publique.

Aenean mattis libero odio felis dolor consectetur mattis lectus Sed in