Assurances maritimes: les assureurs inquiets de l’avenir

La réunion annuelle des assureurs maritimes s’est déroulée depuis Stockholm le 21 septembre. Ils reconnaissent voir un léger mieux dans leur filière. Malgré tout, ils s’inquiètent de l’avenir en raison de la pandémie de Covid 19.

Le monde de l’assurance maritime n’a pas échappé aux mesures de distanciation sociale cette année. Une partie des assureurs ont pu se rendre à Stockholm pour débattre des évolutions du secteur. L’autre a suivi les débats en visioconférence.

Une baisse de 0,9%

Les premiers chiffres du secteur mondial des assurances maritimes évaluent le marché en légère baisse. Avec 28,7 Md$ de primes collectées en 2019, la filière affiche une baisse de 0,9%. En 2018, les primes des assurances maritimes affichaient une hausse de 1%. Au final, l’année 2019 revient au niveau des primes encaissées en 2017.

Le marché européen domine

Le marché européen demeure en première place avec 46,3% de ces primes, soit environ 13,3 Md$. Le marché perd environ 1% de son volume d’affaires par rapport à l’année passée (13,4 Md$). Le second marché de l’assurance maritime se situe en Asie/Pacifique. Il pèse 31,8% soit environ 9,13 Md$. Une part de marché qui progresse. En 2018, le volume de cette région s’est établi à 8,9 Md$. L’Amérique latine se place en troisième position avec 10,3%, soit 2,9 Md$. Une part de marché qui se stabilise d’une année sur l’autre. Enfin, l’Amérique du nord entre. Pour 5,3% du marché global avec un 5,3%, soit 1,5 Md$. Les autres marchés de l’assurance maritime entrent pour 1,87 Md$.

Le marché faculté reste stable

La répartition de ces primes en fonction de leurs catégories se réparti avec une domination de l’assurance faculté. Elle pèse 57,5% en 2019. Une part de marché stable par rapport à l’année précédente. Les corps de navires entrent pour leur part à hauteur de 24,1%. Une légère baisse par rapport à 2018 qui donnait les corps de navires à 24,4%. L’offshore reste stable à 11,6% et les assurances responsabilités passent de 6,7% à 6,8%.

Un léger mieux en 2019

Les chiffres pour 2019 apparaissent comme étant ceux d’une année habituelle. « L’effet de la pandémie sur les statistiques que nous publions sera notable, a expliqué Philip Graham, président du comité des chiffres et statistiques de Iumi. Il y a clairement un décalage entre le les chiffres pour 2019 que nous avons présentés et les effets de la pandémie sur notre marché. Nous constatons, en 2019, un léger mieux sur les assurances corps et facultés. Il est encore trop tôt pour savoir si ces tendances se maintiendrons avec la pandémie ».

Une baisse de la sinistralité

La survenance de la pandémie en 2020 a eu pour effet de ralentir le commerce international. Le confinement a réduit le nombre de voyages en croisière mais aussi la consommation, entraînant une moindre utilisation de navires comme les porte-conteneurs. « De ce fait nous enregistrons une baisse anormale des sinistres », continue le président du comité des statistiques de lumi. Sur le court terme, cette baisse est plutôt bénéfique aux assureurs. Le retour à la normale pourrait être difficile. Philip Graham considère que cette pandémie a entraîné un mouvement vers la digitalisation. « Dans une certaine mesure cela est positif et nous devons maintenir cette tendance. » Il alerte les assureurs sur les conséquences de la pandémie sur les clients.

 

libero ut Phasellus Aenean sed facilisis consequat.