Conteneurs : les assureurs alertent sur l’utilisation des navires vraquiers

Deux P&I Clubs, le West of England P&I Club et le Steamship Mutual, ont alerté les armateurs sur l’utilisation de navires vraquiers pour transporter des conteneurs. Leur inadaptabilité à transporter des boîtes créent des risques.

Manque d’espaces des porte-conteneurs

La crise de la conteneurisation, et le manque d’espaces à bord des navires assurant les liaisons, ont amené les opérateurs à trouver des alternatives. L’affrètement de navires vraquiers pour transporter des conteneurs est devenu la nouvelle tendance. Pour les P&I Clubs, il s’git d’une fausse bonne idée.

Des premiers voyages

Cela est devenu une réalité. Dans sa dernière newsletter, Alphaliner indique que l’armateur grec Star Bulk a reçu de la part de sa société de classification l’autorisation de charger des conteneurs à bord de Capesizes. Le navire devrait transporter 1400 conteneurs dont 200 pleins et 1200 vides. Ils seront tous chargés sur le pont. Ce mouvement se confirme avec le chargement de boîtes sur les vraquiers du groupe Swire, dans le Pacifique sud. Et, d’autres noms pourraient suivre le mouvement.

Perte de conteneurs et désarrimage

Les deux P&I Clubs britanniques, Steamship Mutual et West of England P&I Club, s’inquiètent de la situation. L’utilisation de navires vraquiers pour transporter des conteneurs ne s’avère pas toujours la meilleure solution. Au cours des premiers mois de l’année, les assureurs sont confrontés à des sinistres de conteneurs perdus en mer, des désarrimages de boîtes, voire de navire devant faire demi-tour pour arrimer de nouveau leur chargement.

Un changement d’usage du navire

« Le transport de conteneurs sur un vraquier pourrait être considéré comme un changement d’usage. Par conséquent, les membres doivent contacter l’administration de l’État du pavillon et la société de classification du navire pour déterminer les modifications documentaires nécessaires à la certification et la classification du navire », souligne le West of England P&I Club.

Des défis majeurs

Du côté du Steamship Mutual, les responsables alertent sur les conséquences importantes que peuvent avoir ces transports. « Pour les navires qui ne sont pas construits pour cet usage (de transport de conteneurs) ni équipés ni renforcés, les défis sont majeurs pour répondre aux exigences de transport en toute sécurité », indique le P&I Club.

Se renseigner sur les capacités du navire

Devant le recours massif à ce type de voyage, les deux assureurs ont décidé de prendre les devants en prodiguant des conseils aux opérateurs pour éviter les déconvenues. En premier lieu, ils incitent les chargeurs à se renseigner sur les capacités du navire à pouvoir charger des conteneurs à leur bord, notamment s’agissant de leur structure. Pour se faire, ils listent 11 points à examiner avant tout chargement.

Vérifications à mener

Parmi ces points apparaissent notamment les vérifications à réaliser auprès de la société de classification et de l’État du pavillon, qui doit assurer que ce transport permet une navigation selon les règles internationales. La société de classification devra assurer que le navire est adapté pour ce type de voyage.

Mentionner sur le connaissement

Pour les conteneurs chargés sur le pont, les P&I Clubs alertent sur la nécessité de mentionner ce chargement sur le connaissement et de s’assurer que le plan de chargement soit conforme aux règles d’arrimage pour éviter des pertes de conteneurs en mer. Des précautions sont à prendre en compte comme les moyens mis en œuvre pour éviter que les conteneurs ne glissent, les capacités du navire à pouvoir prendre des conteneurs sans qu’ils ne subissent de pression, les vérifications à entreprendre pour éviter que les aménagements réalisés soient conformes.

Pas interdit mais sous réserve

Dans leurs courriers à leurs membres, les deux P&I Clubs n’interdisent pas de « convertir » temporairement un vraquier pour transporter des conteneurs. Ils alertent sur les mesures à prendre et notamment, de prévenir en amont les P&I Clubs. Il n’est pas clairement indiqué si la mutuelle d’armateurs pourra refuser d’assurer le navire pour un voyage de ce type, ni les documents qu’elle pourra exiger.

Même risque pour les conventionnelles sur les porte-conteneurs

Si les assureurs s’inquiètent de l’utilisation de vraquiers pour le transport de conteneurs, le West of England a aussi indiqué dans un bulletin de prévention que l’utilisation de navires cellularisés pour le transport de marchandises conventionnelles pouvait créer de nouveaux risques. Aux mêmes risques, les P&I Clubs incitent les assurés à prévenir le Club et entreprendre des inspections et vérifications de la capacité du navire à charger ces marchandises.