Dunkerque : une hausse de 22% en cinq ans

Le Grand port maritime de Dunkerque a publié ses résultats pour 2019 le 7 janvier. La progression du trafic s’est élevé à 3% en 2019. Une hausse qui porte la croissance de Dunkerque port à 22% sur cinq ans.

Le Grand port maritime de Dunkerque, Dunkerque Port, a publié ses résultats le 7 janvier. Avec 53 Mt traitées sur les quais du port septentrional, Dunkerque a vu son trafic global progresser de 3% en 2019. Un chiffre qui porte la progression de Dunkerque Port à 22% sur les cinq dernières années. Un record parmi les Grands ports maritimes français.
Une hausse qui tient principalement aux trafics de vracs liquides. Ils affichent une progression de 71% à 9,4 Mt. Une augmentation liée aux trafics de gaz naturel liquide. Le terminal méthanier continue sa progression pour sa seconde année de plein exercice. Il affiche un trafic en hausse de 320% à 5,1 Mt. En 2019, il a accueilli 72 escales de navires. À prendre tous les trafics de gaz, à savoir GNL + gaz industriels, Dunkerque Port augmente les trafics de cette filière de 232% à 5,6%. Un belle pe

Le trafic de GNL a augmenté de 232% en 2019 pour la seconde année de plein exercice. © Dunkerque Port

rformance sur les gaz qui est portée par les autres vracs liquides qui augmentent de 4% à 0,5 Mt. Quant aux produits pétroliers, ils nuancent cette augmentation en perdant 2% à 3,3 Mt.
À l’inverse, les vracs solides ont souffert en 2019. Ils ont perdu 9% à 23,5 Mt. Une diminution marquée par la conjoncture difficile des minerais et du charbon. « La mauvaise conjoncture que rencontre actuellement l’industrie sidérurgique européenne pèse sur les trafics de minerai et de charbon », indique un communiqué du port. Les minerais ont perdu 10% en 2019 à 13,3 Mt et le charbon a suivi avec une diminution de 19% à 5,3 Mt. La filière charbonnière pâti d’une baisse de la demande en charbon vapeur qui s’inscrit dans la transition écologique. Dunkerque, longtemps assimilé à un port charbonnier, voit son visage se changer d’année en année. La baisse de ces trafics n’a pas pu être compensée par la bonne tenue des trafics céréaliers. La campagne actuelle, avec des blés compétitifs sur le marché mondial, permet au port de Dunkerque de réduire la baisse de trafic des vracs solides grâce à la hausse de 43% des céréales à 2 Mt. Autre baisse sur les solides, les petits vracs ont perdu en 2019 9% pour s’établir à 2,9 Mt.

Le Transmanche baisse

Entre la hausse des vracs liquides et la baisse des vracs solides, les marchandises diverses se font l’arbitre en stabilisant leur trafic. Elles affichent un trafic de 20,1 Mt. Une stabilité en 2019 qui intervient après une année 2018 en repli de 2%. Dans ce courant, les conteneurs et les marchandises conventionnelles affichent leur forme quand le trafic Transmanche s’essouffle. Avec 450 000 EVP, Dunkerque Port affiche un nouveau record. Le port progresse de 7% par rapport à 2018. Pour la direction, le positionnement de Dunkerque comme hub de transbordement explique la performance de cette filière. Autre élément qui a favorisé la progression du trafic conteneurisé, la mise en service de l’extension du quai des Flandres qui permet de recevoir simultanément deux navires de dernière génération. « Une étape majeure pour le port », indique la direction.
Si les conteneurs augmentent, les flux avec la Grande-Bretagne sont pour leur part en diminution. Avec 15 Mt, le Transmanche perd 3,7% en 2019. Un repli de trafic qui se répercute sur les flux de camions qui ont perdu 2% à 583 000 unités. Le Brexit explique cette réduction. La date annoncée du 29 mars a incité les négociants britanniques et continentaux à faire le plein de leurs stocks. Avec le report au 31 octobre, les opérateurs n’ont pas reconstitué leurs stocks, anticipant un nouveau report. Il faudra attendre le 31 janvier, date du Brexit, pour voir les flux avec la Grande-Bretagne revenir ou emprunter d’autres ports.

Une enveloppe de 42 M€ en 2019

Ces trafics en hausse ont bénéficié de la politique d’investissement réalisée par le port. En 2019, Dunkerque Port a investi 42 M€. Une somme destinée à l’extension du terminal à conteneurs du quai des Flandres. L’approfondissement et l’extension du quai a été réalisé sur plusieurs années. Parallèlement à cette extension, Dunkerque Port a développé un service d’alimentation électrique à quai. « Le port de Dunkerque est ainsi le premier port français à proposer aux utilisateurs d’un terminal à conteneurs un service d’alimentation électrique à quai »,indique le texte du port. De plus, une enveloppe de 18 M€ a été consacrée à la finalisation des travaux de séparation du réseau ferré portuaire et national. Une opération qui permet de gérer les installations ferroviaires portuaires sans faire appel à la SNCF. Des travaux d’aménagement de la zone de Dunkerque Logistique International Sud et de la zone de Grandes Industries. En 2020, l’enveloppe pour les investissements sera légèrement moins importante pour s’élever à 37,7 M€. Les sommes permettront d’achever les travaux sur les zones logistiques et industrielles. Les travaux du Projet Stratégique 2019-2023 seront engagés avec la construction d’un bâtiment de la Police aux frontières et de la UK Border Force. Le projet Cap 2020 disposera aussi de sommes pour les études relatives à la phase d’avant-projet. Cap 2020 doit permettre à Dunkerque Port d’augmenter encore ses capacités de réception de navires porte-conteneurs avec le prolongement du quai des Flandres vers le sud et de favoriser le report modal vers les transports massifiés.

ipsum tristique venenatis elementum non id