Haropa : l’UPR appelle à respecter l’équilibre entre chaque port

Après la nomination de Stéphane Raison à la tête Haropa, l’Union portuaire rouennaise s’interroge sur les suites de ce dossier.

La nomination de Stéphane Raison et la « délocalisation » du siège de Haropa au Havre constitue une première étape dans la création de cet ensemble. Toujours est-il que l’Union portuaire rouennaise (UPR), représentant les utilisateurs du port, s’interroge sur les suites de ce dossier. Ils ont pris acte des « premières modalités organisationnelles retenues par le gouvernement, tant pour la délocalisation du siège social d’Haropa de Rouen en faveur du Havre que pour la nomination de Stéphane Raison à la Direction du futur établissement », indique un texte de l’UPR.

Ne pas oublier Rouen

Sans se prononcer sur ces décisions, l’UPR souhaite aller plus loin. « À ce stade nous restons sans information au sujet de la gouvernance, de son organisation et de ses objectifs », continue l’UPR. Et pour la communauté rouennaise, « si la fusion reste une opportunité pour la vallée de la Seine et les entreprises qui la font vivre, Rouen ne doit pas être L’oubliée de cette fusion ».

Conserver une proximité des décisions

L’UPR réitère sa demande d’être associée aux prises de décisions complémentaires permettant de relever le défi annoncé lors du lancement de la préfiguration basé sur l’innovation et la transition écologique. L’organisation reste vigilante sur les principes fondamentaux de la restauration de la confiance des clients, l’amélioration de la compétitivité et le maintien des parts de marché « et affirmé des centres de décisions de proximité. »

Respecter les équilibres

L’UPR espère qu’elle trouvera dans les futures propositions, plus d’innovation notamment par la participation des entreprises privées, et que l’État osera sortir des chemins conventionnels. Pour l’organisation rouennaise, il est important de respecter les principes de cohérence et d’équilibre pour tous les ports de l’axe Seine, lors de la création d’Haropa.

L’UPR rappelle les trois principes qui sont à mettre en place :

  • Un équilibre institutionnel en confiant la présidence du futur établissement à une personnalité Rouennaise ;
  • Un plan stratégique plus ambitieux se traduisant par des investissements massifs, tant publics que privés dans les infrastructures portuaires rouennaises, et en particulier pour favoriser le développement de la multimodalité, le grand défi des ports fusionnés ;
  • Une gouvernance innovante, réactive et souple incluant les collectivités locales, les entrepreneurs locaux et en particulier les unions portuaires.