La Chine ouvre un corridor ferroviaire pour le bois

Sur les six premiers mois de l’année, les importations de bois en Chine enregistrent une baisse de volume. Parmi les perdants la Russie. Les gagnants sont à trouver en Afrique et en Europe. En Chine, les opérateurs s’adaptent et développent des solutions multimodales.

La Chine décline son système ferroviaire international sur le réseau national. Le premier train de bois entre Zhangjiagang et la zone de Guangzhou offre de nouvelles perspectives pour cette filière.

Une baisse de 8% en volume

Les trafics de bois avec la Chine enregistrent sur les six premiers mois de l’année des baisses de trafic. Selon les données douanières, l’Empire du milieu a importé 17 Mm3 de bois de sciage. Un chiffre en baisse de 8% en volume et de 17% en valeur. Les résineux de sciage ont perdu 10% sur le premier semestre à 12,7 Mm3. Les bois de sciage feuillus ont pour leur part perdu 9% à 4,3 Mm3.

Progression des pays européens

Le principal fournisseur chinois de résineux pour le sciage reste en premier la Russie. La Chine reçoit 60% de son volume de résineux pour le sciage depuis ce pays. Un chiffre qui a enregistré, sur les six premiers mois de l’année, une baisse de son trafic de 12% à 7,6 Mm3. Les autres pays fournisseurs du marché chinois, la suède, l’Allemagne, le Belarus et l’Ukraine ont vu leur part de marché s’étoffer.

Hausse des importations de Tanzanie

Du côté des feuillus, une tendance de baisse des principaux fournisseurs s’est aussi faite jour. La Thaïlande, qui a exporté 1,6 Mm3 en Chine, voit son volume se contracter de 7%. Les États-Unis, la Russie, les Philippines, la Roumanie et le Cameroun sont dans la même situation. Même si cette filière enregistre une baisse générale sur les six premiers mois, des pays comme la Tanzanie, le Gabon, l’Indonésie et le Canada voient leur volume s’accroître sur le marché chinois.

De Zhangjiagang à Guanzhou

La majorité de ces flux se réalisent par conteneurs. En Chine, le port de Zhangjiagang se place au premier rang des ports d’importation du bois et des produits forestiers. Situé dans le delta du Yangtsé à quelques miles nautiques de Shanghai, il reçoit des navires depuis les principaux fournisseurs du pays. L’industrie de transformation du bois se situant surtout dans la région de Nankang, l’importateur a mis en place un nouveau service combiné fluvial-ferroviaire avec le port sec de Ganzhou. Après réception dans le port de Zhangjiagang, les boîtes ont été acheminées par voie fluviale jusqu’au port de Jiujiang. Ensuite, un train a acheminé les conteneurs vers le port sec de Guanzhou.

Et ensuite l’Europe?

Les promoteurs de ce nouveau service soulignent l’intérêt de cette multimodalité sur le prix de l’acheminement final des produits. Le port sec de Guanzhou souhaite désormais occuper une place importante dans le secteur forestier en nouant des partenariats avec d’autres ports chinois comme Shenzhen, Guangzhou et Xiamen.
Cette stratégie d’utiliser les capacités ferroviaires est actuellement à l’étude par les autorités chinoises pour importer depuis l’Europe des produits forestiers. Les opérateurs chinois cherchent des partenaires européens pour acheminer par les Nouvelles Routes de la Soie leurs achats européens.

 

eget id ante. felis non tristique luctus