Maroc : le trafic a progressé de 11,3% en 2019

Les ports gérés par l’ANP (Agence nationale des ports) et Tanger Med SA ont vu leur trafic progresser de 11,3% à 152,1 Mt. Les vracs pèsent encore lourd dans le résultat global même si les conteneurs continuent leur progression.

Le système portuaire marocain voit coexister les établissements gérés par l’Agence nationale des ports (ANP) et le complexe portuaire et logistique de Tanger Med. Ensemble, les ports du Maroc ont vu leur trafic progresser de 11,3% en 2019 pour atteindre 153,1 Mt.
Les chiffres nationaux diffusés par le ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau a publié les grandes tendances pour 2019, le 20 mars. « La hausse est attribuée à l’accroissement aussi bien du volume du transbordement (+32,9%) que des importations (+6,9%) et du cabotage (+0,8%) Les exportations ont légèrement baissé de 1,1% », indique le communiqué du ministère marocain en charge des ports.
En une décennie, de 2009 à 2019, les ports marocains tous confondus ont vu leur trafic doubler avec une progression globale de 114% passant d’environ 70 Mt en 2009 à plus de 150 Mt en 2019. L’analyse du trafic par port montre que sept ports nationaux ont marqué une évolution positive. Tanger-Med (+24,7%), Mohammedia (+0,2%), Casablanca (+10,8%), Jorf-Lasfar (+12,3%), Agadir (+27,9%), Laâyoune (+1,1%) et Dakhla (+0,2%) ont compensé les pertes affichées par les ports de Nador, Safi et Tan Tan.
Il est à noter qu’avec 130,7 Mt, Tanger Med, Jorf Lasfar et Casablanca concentrent près de 85% du trafic portuaire marocain. En termes de volume de marchandises traitées, le port de Jorf Lasfar est le premier port de l’année pour le trafic import-Export, avec un volume de 35,5 Mt. Jorf Lasfar a une vocation de port minéralier et conventionnel. Situé à 120 km au sud de Casablanca, il est le principal point de sortie de la production de phosphates d’OCP La place de second port marocain en tonnage revient à Casablanca avec un trafic de 30 Mt.

Le phosphate perd 13,9%

La grande majorité des trafics revient aux vracs solides avec 53 Mt, en hausse de 3,2%. Des flux principalement réalisés par les ports gérés par l’ANP. Le charbon a franchi la barre des 10 Mt, en hausse de 12,6%. Des arrivées qui tiennent principalement à la la fourniture d’énergie. Viennent ensuite les trafics d’engrais solides qui ont vu leurs exportations augmenter de 4,2% à 9,6 Mt. Autre courant en hausse dans ces flux de vracs solides, les importations de céréales progressent de 4,8% à 6,9 Mt. Deux flux affichent des baisses dans les vracs solides des ports gérés par l’ANP, le phosphate et le clinker. Ce dernier régresse de 32,4% à 1,3 Mt. Il montre les difficultés de l’industrie cimentière du Maroc. Il est le signe que le Maroc importe plus de ciment fabriqué à l’international que des produits manufacturés localement. Enfin, le phosphate a connu une baisse de ses exportations en 2019. Il perd 13,9% à 9,6 Mt. La bonne performance des exportations d’engrais solides et la baisse des exportations de phosphates signifie que le Maroc a évolué vers la production locale d’engrais et donc de la valeur ajoutée sur la matière première, le phosphate. Le trafic de vracs solides de Tanger Med reste marginal par rapport aux autres ports marocains. Avec 258 340 t réalisées en 2019, le port du détroit de Gibraltar traite principalement des céréales et des trafics de petits vracs industriels pour les sociétés du nord du pays.

Baisse générale des hydrocarbures malgré le bon score dans les ports de l’ANP

Du côté des vracs liquides, le trafic a progressé de 3,4% à 24,8 Mt, tous ports confondus. Avec 18,4 Mt traités par les ports de l’ANP, en progression de 2,1%, tous les flux des vracs liquides sont en hausse. Les importations d’ammoniac et d’huiles alimentaires maintiennent leurs performances sur les ports de l’ANP. Les hydrocarbures ont bien résisté dans les ports de l’ANP avec une hausse de 2,2% à 10,5 Mt. Un score qui n’a pas permis la baisse sensible de ces flux sur l’ensemble du Maroc. En effet, le ministère annonce une baisse de 2,2% à 12,7 Mt qui sont à mettre au passif des courants sur les terminaux de Tanger Med. À l’export, l’acide phosphorique, issue de la production de phosphate, affiche une croissance de 3,7% à 3,9 Mt.

Le trafic de véhicules neufs a réussi une belle année 2019. Avec un trafic total de 589 200 unités traités dans tous les ports confondus, le principal acteur de ce courant se réalise à Tanger Med. Avec 500 465 véhicules, Tanger Med termine 2019 sur une hausse de 5%. Un trafic qui se réparti entre les véhicules traités sur le terminal dédié de Renault dont 349 050 unités exportées et 31 734 véhicules importées. L’autre terminal roulier ouvert à tous les opérateurs a manutentionné 119 681 unités, en augmentation de 27,6%. La bonne tenue de ces trafics est à mettre à l’actif du début des exportations des véhicules de l’usine de Kenitra du groupe PSA.

Début des exportations de véhicules de l’usine du groupe PSA de Kénitra

Le trafic routier international s’oriente aussi à la hausse. Avec 373 938 ensembles routiers qui ont emprunté les ports marocains, ce courant affiche une hausse de 10%. Un trafic qui se réalise en grande partie dans les installations de Tanger Med avec 357 214 unités, en hausse de 9,3%. Les ports de l’ANP ont vu le passage de 16 724 ensembles routiers, dont une grande partie depuis les ports de la Méditerranée, comme Nador.

Tanger Med 2, le terminal ouvert en juin 2019.
Le trafic conteneurisé de Tanger Med a progressé de 40,6% en 2019. © Hervé Deiss

Enfin, le trafic conteneurisé du Maroc a franchi, en 2019, la barre des 6 MEVP traités. Des flux traités en grande majorité par Tanger Med. S’agissant des conteneurs, un total de 4,8 MEVP a été manutentionné dans le port du détroit de Gibraltar, soit une progression exceptionnelle de +40,6% par rapport à l’année précédente. L’entrée en service de Tanger Med 2, en juin 2019, a donné une nouvelle dynamique au port du détroit de Gibraltar. « En 2019, dix nouveaux opérateurs ont démarré leur activité dans la zone logistique portuaire de Tanger Med, parmi lesquels des acteurs tels que DHL, Nippon Express, et Kasai. L’ensemble de ces réalisations confortent la position de Tanger Med comme plateforme de choix au service de l’économie marocaine, et comme hub logistique majeur pour les échanges mondiaux », indique Tanger Med SA.
Les ports gérés par l’ANP ont vu leur trafic conteneurisé progresser de 2,5% à 1,2 MEVP. Casablanca et Agadir réalisent à eux deux 99% du total du trafic conteneurisé des ports de l’ANP. À Casablanca, le trafic a progressé de 5,2% pour atteindre 1,08 MEVP. Le port de l’ouest du pays confirme ainsi sa place dans le club des millionnaires. Quant à Agadir, situé à la limite du Sahara Occidental, il perd 14,5% à 177 539 EVP. Traitant majoritairement des produits agricoles, Agadir voit une partie de ses trafics partir pour les quais de Casablanca, indiquent des analystes.

Aenean ut Lorem ipsum ut neque. porta. adipiscing risus.