Maroc : les ports en hausse de 7,3% au premier trimestre

Les ports marocains affichent une croissance de 7,3% sur le premier trimestre. Une croissance tirée par les exportations.

Les ports gérés par l’Agence nationale des ports du Maroc affichent une progression de 7,3% sur les trois premiers mois de l’année à 23,4 Mt. Sur les cinq dernières années, les trafics du premier trimestre ont connu une progression de 4,9% par an en moyenne. Au global, depuis 2016, les chiffres du premier trimestre ont enregistré une hausse de 27,2%. Les importations ont augmenté de 7,1% à 14,7 Mt. Une performance tirée par les entrées de céréales, de charbon et du trafic conteneurisé.

Céréales : une hausse de 165% à Nador

Les céréales ont représenté 2,2 Mt, soit 9,4% du trafic global. Elles ont augmenté de 23,1% par rapport à l’année dernière. La majorité de ce trafic se réalise sur le port de Casablanca. Jorf Lasfar, Agadir et Nador complètent ce tableau. La plus forte progression s’est réalisée dans le port de Nador qui enregistre une hausse de 165% quand celui de Casablanca augmente de 10,8%, celui de Jorf Lasfar de 45% et Agadir de 21,5%. Seul le port de Safi affiche une baisse de ce trafic de 28,1%. Des chiffres qui se confirment par la dernière analyse de FranceAgriMer. Le marché français a repris des parts de marché sur le Maroc. Avec 1,46 Mt de blé exportées depuis le début de la campagne céréalière, la France a vu son trafic avec le royaume chérifien progresser de 76%. La même tendance se dessine pour les orges qui ont vu leur trafic vers le Maroc se multiplier par huit à 434 537 t.

L’export tiré par les engrais

À l’export, les chiffres sont sur le même schéma avec une hausse de 7,4% à 7,9 Mt grâce à la bonne performance du trafic d’engrais, qui affiche une hausse de 60. Ce trafic entre dans la catégorie des phosphates et des dérivés. Sur les trois premiers mois de l’année, cette filière a vu ses trafics augmenter de 9,9% à 8,2 Mt, regroupant les importations et les exportations. Les bonnes performances des engrais et du phosphate tirent ce courant. Les exportations de phosphate ont crû de 6,4%. Pour sa part, les exportations d’acide phosphorique perd 38,3%. Dans ce secteur d’activité, les importations d’ammoniac se portent bien avec une hausse de 26% quand les importations de soufre perdent 11%.

Hydrocarbures : une hausse de 1,6% du trafic à Mohammedia
Les hydrocarbures ont fortement augmenté au premier trimestre dans les ports marocains de l'ANP.
Le port de Mohammedia a vu son trafic cabotage augmenter de 33% au premier trimestre. © ANP

Le cabotage n’est pas en reste avec une hausse plus limitée à 0,8% dynamisée par le trafic d’hydrocarbures qui a progressé de 59%. Une hausse due surtout à la progression de trafic de gasoil depuis Agadir et Jorf Lasfar et de fioul à Mohammedia.
Plus globalement, le trafic d’hydrocarbures s’est bien comporté sur les premiers mois de l’année avec une progression de 4% à 2,7 Mt. Les trois principaux ports pétroliers du pays, Jorf Lasfar, Mohammedia et Agadir, ont tous vu leur volume augmenter. Mohammedia augmente de 1,6% pour atteindre 1,2 Mt. Jorf Lasfar progresse de 5,7% à 872 000 t et Agadir voit ses volumes croître de 13,1% à 251 000 t. Sur ces trois ports, les trafics de cabotage affichent des augmentations plus fortes avec, par exemple, une hausse de 33% de ces flux à Mohammedia à 130 000 t.

Conteneurs : +1,6% en EVP et 2,8% en tonnage

Quant au trafic conteneurisé, il a totalisé 347 523 EVP sur les trois premiers mois de l’année. Un volume qui s’affiche en hausse de 1,6% par rapport à la même période de l’année passée. La progression est plus forte en tonnage avec une progression de 2,8% à 3,4 Mt. Le trafic conteneurisé dans les différents ports marocains de l’ANP restent relativement équilibrés. Les exportations s’élèvent à 150 075 EVP, en hausse de 4,3%. Une grande partie de ces volumes en sortie des ports marocains est à mettre à l’actif des conteneurs vides. Avec 96 662 EVP, soit 64% du trafic export, les sorties de conteneurs vides sont en forte progression (10%). Au final, le trafic d’exportation de conteneurs pleins entre pour 53 413 EVP, sur le premier trimestre. Les importations totalisent pour leur part 148 363 EVP, en augmentation de 3,2%. L’activité cabotage a, par contre, connu une baisse de 9,8%, en se chiffrant à 49 085 EVP.
Le trafic routier international, réalisé à 99% par le port de Nador, s’affiche en augmentation de 32,6% à 4700 ensembles routiers. L’autre terminal pour ce trafic est géré par Tanger Med Special Agency.

Croisières : Tanger se maintien
Les trafics trimestriels du Maroc sont en baisse sur les croisières
La croisière affiche une baisse de 53,1% à Agadir. © ANP

Les trafics passagers et croisières des ports de l’ANP marquent le pas sur le premier trimestre. La crise sanitaire intervenue dès le mois de mars a fortement impacté les escales de navires. Les ports de l’ANP interdisent les liaisons passagers depuis le début de la crise sanitaire. Avec 249 598 passagers, dont 185 094 sur le site de Tanger Ville et 56 966 sur celui de Nador, ce flux enregistre une baisse de 20,3%. Quant aux croisières, elles s’inscrivent dans la même tendance avec une baisse générale de 56,2% à 29 570 croisiéristes. Casablanca et Agadir accusent un repli conséquent quand Tanger arrive à maintenir son activité sur les trois premiers mois avec 8968 passagers en hausse de 35,7%.

© Un article de la rédaction de Ports et Corridors. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

Praesent vel, ut felis et, ut mattis leo ipsum dolor.