Amérique du sud : l’impact de la Covid 19 sur le trafic portuaire

Dans une étude menée par la Commission économique pour l’Amérique latine, la Covid 19 a largement touché les trafics portuaires en 2020. Les trafics ont subi les effets négatifs de cette crise.

En juillet, la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (Cepal) a publié dans son bulletin FAL (Facilitation, commerce et logistique en Amérique du Sud) sur le poids de la crise sanitaire sur les trafics portuaires. L’analyse porte sur 28 pays d’Amérique du Sud et des Caraïbes.

Des soucis de longue date

L’étude démontre les difficultés de la logistique dans cette partie du monde. Le manque d’infrastructures, les mauvaises législations et les problèmes liés à la fluidité du commerce se sont révélés avec cette crise sanitaire. Pour les auteurs de l’étude, cette crise sanitaire doit être un levier pour réformer en profondeur la logistique.

Une crise intervenue dans un contexte de faiblesse

Les auteurs de l’étude notent quatre différences notables entre la situation portuaire d’Amérique du Sud avant et après la crise. Le premier point mis en exergue concerne la situation économique d’avant la crise. En effet, selon les auteurs, la crise sanitaire est intervenue alors que le commerce international enregistrait un tassement de sa croissance. La croissance est passée de 6,2% par an de 1990 à 2007 pour tomber à 2,3% de 2012 à 2019.

Une crise aux effets immédiats

Ensuite, la crise de la Covid 19 a touché toute la planète. Auparavant, les crises étaient régionales. De plus, les précédentes crises ont commencé de façon plus douce. En 2008, la crise a produit ses principaux effets plusieurs mois après. La Covid 19 est intervenue dans un délai court, estimé à deux mois. Enfin, l’intensité a été forte. Pour l’Amérique Latine, cette crise s’inscrit comme la plus forte depuis 1901.

Un trafic en diminution de 3,8%

Le rapport réalisé par Eliana P. Barleta, experte attachée à la division des infrastructures, et Ricardo Sanchez, directeur de la division, souligne que le trafic mondial de marchandises a perdu 3,8% en tonnes à 11,49 Mdt. Le trafic conteneurisé a perdu pour sa part 0,9% avec une chute sur les cinq premiers mois. Ensuite, le trafic conteneurs a repris des couleurs pour finir l’année sur une baisse moindre que le trafic mondial en tonne.

Une baisse surtout au premier semestre

En Amérique Latine, l’évolution du trafic au mois de mars 2020 enregistre une baisse de 0,7%. La véritable chute est intervenue en avril. Au cours de ce mois les trafics ont enregistré une baisse de 15,8%. Une variation qui a continué en mai et en juin. « En octobre, les chiffres sont revenus à des niveaux de croissance positifs mais pas suffisants pour compenser les pertes du premier semestre », indique la note. Au final, les ports sud-américains affichent une baisse générale de 2,9%.

Un continent importateur

L’Amérique Latine reste traditionnellement un continent dans lequel les importations sont supérieures aux exportations. La pandémie a lourdement frappé les flux. Les importations se sont fortement réduites sur les six premiers mois. Les exportations ont pris le pas. Ce n’est qu’au second semestre que la situation est revenue à la normale.

La révision des schémas maritimes des armateurs

La crise sanitaire a créé de nouvelles conditions de transport. Sur les principales routes maritimes qui touchent l’Amérique du Sud, ces changements ont amené une diminution dans le transbordement. Pour une gestion plus fine des flux, les armateurs ont revu leurs plans de transport. Les ports de la côte est d’Amérique du Sud ont réussi à maintenir une évolution positive des transbordements pour finir à une hausse de 2,9% contre 27,3% l’année précédente.

Transbordement: les ports des Caraïbes et de la côte ouest ont souffert

Dans les Caraïbes, le transbordement a souffert des changements des armateurs qui ont adapté les services aux nouveaux équilibres entre l’offre et la demande. Les ports de la côte Ouest ont pour leur part peu subi les effets de la pandémie. Le trafic conteneurisé a révélé une baisse générale de 4% en 2020, comparativement à 2019. Les ports de la côte Est d’Amérique du sud enregistre une baisse de 0,2% de son trafic. Sur la côte Ouest, le trafic a perdu 3,1%. Dans les Caraïbes, la diminution atteint 4,9%.

La bonne tenue des ports du Panama

Quant à l’Amérique Centrale, les ports de la côte orientale ont enregistré une baisse de 5,7% quand ceux de la côte Pacifique, ont vu leur trafic augmenter de 3,1%. Si, globalement, les chiffres montrent une baisse générale, l’analyse plus fine atteste de hausses de certaines régions. Ainsi, au Panama les ports affichent une progression de leur trafic tant pour les établissements de la côte Pacifique que ceux de la côte caribéenne.