Charbon : La Chine paye sa rupture diplomatique avec l’Australie

Les tensions diplomatiques entre la Chine et l’Australie pèse lourdement sur les approvisionnements chinois en charbon. En changeant ses fournisseurs, la Chine joue les trouble-fêtes dans le monde maritime.

Le malheur des uns ne fait pas toujours le bonheur des autres. Les tensions diplomatiques entre la Chine et l’Australie ne fait pas forcément le bonheur des autres pays producteurs de charbon. Selon un graphique publié par Reuters, en janvier et février 2021, le premier fournisseur de charbon chinois a été la Mongolie.

La Mongolie pèse désormais 68,4%

Sur les deux premiers mois de l’année, la Mongolie pèse 68,4%. Dans la même période 2020, 61,7% du charbon importé par la Chine avait pour provenance l’Australie. Selon les dernières estimations du Bimco, les exportations australiennes vers la Chine ont diminué de 98,9%. Outre la Mongolie, les États-Unis, le Canada et la Russie ont vu leur proportion dans les importations chinoises augmenter.

L’Afrique du Sud exporte 1/6° de sa production

Autre bénéficiaire de l’absence de l’Australie dans les importations de charbon, l’Afrique du sud a commencé à exporter une partie de sa production en Chine. Commencées en décembre 2020, ces exportations vers la Chine s’évaluent aux environs de 760 000 t par mois, soit un sixième de la production nationale, indique le Bimco.

Ces expéditions vers la Chine ont eu pour effet de réduire les exportations sud-africaines vers des destinations traditionnelles. En effet, l’Inde et le Pakistan, principaux clients d’Afrique du sud, ont vu leurs approvisionnements se réduire de 44,5% à 5,6 Mt.

Baisse structurelle des exportations sud-africaines

Graphique réalisé par Bimco sur les exportations de charbon australien. Source: Bimco

La diminution d’expéditions de charbon sud-africain vers l’Inde et le Pakistan s’inscrit dans une tendance générale. Selon les analyses du Bimco, le charbon d’Afrique méridionale a vu ses exportations perdre 24,3% à 9,3 Mt sur les deux premiers mois de l’année. Un début d’année difficile qui fait suite à une année 2020 en baisse de 4,4% à 73,9 Mt. « Depuis 2017, les exportations de charbon d’Afrique du sud ne cessent de baisser. En 2017, les exportations de charbon d’Afrique du Sud ont totalisé 81,6 Mt », indique le Bimco.

L’Indonésie se tourne vers la Chine

L’embargo chinois sur le charbon australien a aussi attiré les exportateurs indonésiens. En vendant plus de charbon à la Chine, les indonésiens ont restreint leurs expéditions vers les autres pays importateurs. Et pour boucler la boucle, l’Australie a compensé l’absence de charbon sud-africain et indonésien sur des destinations comme l’Inde.

Pas de compensation pour le charbon australien

Ce revirement de position dans les échanges de charbon a permis à l’Australie de vendre une partie de sa production. Un changement de paradigme qui n’a pas permis aux australiens de compenser la perte des expéditions vers la Chine. Par conséquent, les exportations australiennes ont perdu 3,6% sur les deux premiers mois de l’année. Les principaux destinataires du charbon australien sont devenus l’Inde, le Japon et la Corée du sud.

Baisse générale des importations chinoises de charbon

Ces changements d’origine des importations chinoises font suite à une baisse généralisée des importations de l’Empire du milieu. Une baisse qui s’élève à 39,5% sur les deux premiers mois de cette année. En décembre, les importations de charbon ont augmenté avec un volume de 39,5 Mt. Ainsi, sur les trois mois de décembre 2020 à fin février 2021, les entrées de charbon en Chine ont gagné 13,4% à 39,5 Mt. Une diminution qui s’explique en partie par la politique de Pékin de réduire son empreinte carbone.

« Dans ce marché aux changements rapides, il est nécessaire de suivre les données tant du côté des pays exportateurs que des importateurs, surtout quand des divergences apparaissent comme au début de l’année », a prévenu Peter Sand, analyste shipping du Bimco.

Des temps de transport qui se compensent

Ces changements auront des effets sur le monde maritime. En effet, le charbon en provenance d’Indonésie est moitié moins long que depuis l’Australie. Dans le même temps, depuis l’Afrique du Sud, le voyage est 1,5 fois plus long que depuis l’Australie. Quant à la Russie, elle exporte une grande partie de son charbon par les ports d’Extrême -Orient. Une proximité qui réduit la demande en tonne-mile pour le maritime. La croissance de l’approvisionnement depuis la Mongolie pose aussi des questions sur l’avenir du maritime. Les importations mongoles se font par voie ferroviaire.

L’élément déterminant sera le volume d’importation de la Chine

Ces modifications du marché du charbon sont à regarder de près, indique le directeur des analyses shipping du Bimco. « Le charbon est traditionnellement la commodité qui réalise la plus courte distance. Cela ne devrait pas changer fondamentalement. Si des expéditions se réalisent sur des routes plus longues, d’autres se réduisent. Il sera plus déterminant de regarder l’évolution des importations de charbon par la Chine. De plus, les tensions diplomatiques entre la Chine et l’Australie demeurent un élément important du futur de ces échanges », continue Peter Sand.