Logistique: la filière du bois peine à exporter dans les conditions de marché

Dans sa newsletter de la deuxième quinzaine de septembre, l’organisation internationale des bois tropicaux met en lumière les soucis que rencontrent les exportateurs de bois et produits forestiers dans le monde. La crise de la conteneurisation fait feu de tout bois : en Afrique, en Inde et en Asie, au Vietnam.

Les différentes filières industrielles dans le monde se plaignent des difficultés à trouver des espaces sur les navires. Avec la conteneurisation généralisée de nombreux produits, le manque de disponibilité de conteneurs dans le monde, ce sont plusieurs filières, dont celle du bois, qui souffrent de difficultés à exporter leur production.

Le Gabon et le Congo en peine

En Afrique de l’Ouest et du Centre, les scieries sont confrontées à un véritable « fléau » avec le manque de conteneurs. Au Gabon et au Congo, deux pays qui ont bâti leur commerce extérieur sur la filière des bois tropicaux, le manque de conteneurs vides pose de sérieux problèmes logistiques. Les bois sciés ne peuvent être exportés. La situation est moins flagrante au Cameroun. Le pays importe une grande partie de ses produits de consommation et dispose donc de conteneurs pour les exportations de bois.

Les acheteurs patientent

La production de ces trois pays est principalement destinée aux marchés chinois et philippin. Pour l’Organisation international des bois tropicaux (ITTO – International Tropic Timber Organization), les choses ne sont pas si alarmantes. En effet, les acheteurs de bois tropciaux ne semblent pas déserter ces marchés et patientent que leurs matières premières soient livrées.

Ghana: des exportations en hausse de 61%

Ces difficultés logistiques n’ont pas empêché le Ghana d’afficher des exportations en forte progression sur le premier semestre de l’année. Avec 145 500 m3, le pays a vu ses trafics de bois en sortie augmenter de 61%. Il s’agit principalement de bois sciés et de contre-plaqué. Ces produits partent majoritairement vers l’Inde, l’Allemagne, la Belgique, la Chine et le Niger.

Inde: la hausse de 700% des taux de fret touche la filière

La situation tendue de la logistique conteneurisée n’est pas l’apanage de l’Afrique de l’Ouest. En Inde, les taux de fret pour un conteneur vers l’Australie ont bondi de plus de 700%. Avant la pandémie, un EVP de Cochin à Melbourne s’évaluait à 650$. Il est aujourd’hui aux environs de 5200$/EVP. Dans le même ordre d’idée, un conteneur de 20’ de Mundra à New-York s’estimait à 1300$ avant la pandémie. Le taux de fret atteint aujourd’hui 9000$. Une situation qu’un exportateur considère comme paralysant pour toute la filière industrielle. Un rapport publié en septembre par Lakshmi Ajay souligne les effets de ce boom économique pour la filière. « Même si nous avons réussi à disposer d’un conteneur vide, les compagnies maritimes peuvent décider, au dernier moment, de retarder l’embarquement de la boîte. Nos clients voient alors leurs délais de réception reculer d’une ou deux semaines, voire plus. Et il faut en plus que les exportateurs payent les frais de stationnement du conteneur au terminal »

Vietnam: retour sur le marché international

En Asie, le Vietnam a fait un retour en force sur le marché international. Sur les six premiers mois de l’année, ses trafics de produits forestiers ont progressé de 62%. Une quatrième vague de la pandémie a touché le pays en août. Les autorités du pays ayant décidé de fermer le pays, les scieries ont tourné au ralenti. Un peu d’air dans ce marché qui ne devrait pas durer. En effet, la réouverture du pays est prévu dans les prochaines heures. Avec le retour de production du pays, la demande en équipements pour l’exportation devrait connaître un nouveau boom.

Le Vietnam importe une partie de ses bois de l’UE

De plus, le pays est aussi un important importateur de produits forestiers. Le Vietnam a importé 5,1 Mm3 depuis le début de l’année. Un flux en progression de 21,7%. Les principales essences importées au Vietnam concernent le pin. Elles ont pesé 1,01 Mm3, en hausse de 89%. Vient ensuite le chêne, le bois de pachy et des essences comme l’eucalyptus, le padouk ou encore le cedar. Ces produits arrivent surtout de Chine, Thaïlande, Brésil, Chili et Australie. L’Union européenne joue aussi un rôle important dans les trafics vers le Vietnam. Sur les six premiers mois de l’année, l’UE a expédié 611 200 m3 de bois, en progression de 18,2%. Des bois originaires principalement de Belgique, France, Allemagne, Finlande, Croatie et Slovénie.

Le premier train entre Chine et Russie

Face aux difficultés logistiques, les premières initiatives alternatives se font jour. Un premier train chargé de conteneurs de bois a réalisé un voyage entre la Fédération de Russie et Xinxiang, dans le Henan. Le convoi a permis de transporter 2500 m3 de bois d’un point à un autre en 10 jours. Selon l’ITTO, ce train devrait se transformer en liaisons régulières.