San Pedro : le port est entré dans une dynamique de diversification de son trafic

En 2020, le port ivoirien de San Pedro a subi les effets de la pandémie. Il enregistre une baisse de son trafic. Il demeure engagé dans une dynamique de croissance en diversifiant son trafic et par des travaux d’expansion.

En 2020, l’activité du port de San Pedro a évolué dans un environnement marqué par la pandémie. Aux premières heures de l’entrée de la Covid 19 sur le territoire, l’organisation de l’exploitation portuaire a été perturbée. « Elle a provoqué des perturbations au niveau de l’exploitation occasionnant des pertes de trafics. Elles ont été atténuées grâce aux mesures prises par les acteurs de la place portuaire et aux dispositions du plan de continuité des activités (PCA) mis en place par la Direction générale du port avec l’accord de son Conseil d’Administration », indique Hilaire Lamizana, directeur général du port de San Pedro.

Un trafic en baisse en 2020

Au final, le trafic s’est établi en 2020 à 4 755 833 de tonnes. S’il est en dépassement de 5% par rapport aux prévisions, il reste en diminution par rapport aux chiffres de 2019. En effet, au cours de cette année, le trafic du port de San Pedro a dépassé la barre des 5 Mt. Un accident de parcours sur la dernière décennie. En 2011, le port situé à l’ouest du pays, affichait un trafic de 1,8 Mt.
« Ce volume de trafic de 2019 est considéré comme optimal. Il est à maintenir jusqu’à la réalisation et la mise en service des nouveaux terminaux du programme d’extension et de modernisation du port, en cours de réalisation », indique le directeur général.

La diversification des trafics

Le chemin parcouru depuis 2011 a été fructueux. Le port a su diversifier ses trafics. À l’export, il a vu des flux de coton, de noix de cajou et des minerais, notamment du nickel et du manganèse, utiliser ses installations. À l’import, les engrais ont fait leur apparition au cours des dernières années. Ces trafics sont venus s’ajouter aux flux traditionnels que sont le cacao, l’huile de palme, le caoutchouc ou encore des produits cimentiers.

Une stratégie en trois axes

Une diversification que le directeur du port de l’ouest ivoirien explique par la mise en place d’une stratégie sous trois axes. Le premier a été de renforcer les capacités logistiques sur le domaine portuaire mais aussi dans la ville de San Pedro. Le second vise à améliorer les infrastructures d’accueil des navires et des dessertes routières. Enfin, le troisième volet de cette stratégie était destiné à renforcer le système d’information au travers d’un ERP, d’un système d’information décisionnel et d’une plateforme communautaire.

Le schéma directeur de développement

Des travaux réalisés au cours des dernières années qui vont perdurer en 2021. « Pour 2021, notre ambition de mieux faire nous astreint à poursuivre la mise en œuvre du schéma directeur de développement du port de San Pedro à travers la construction de nouveaux terminaux, plateformes et voiries d’interconnexion dans le cadre du programme d’extension et de modernisation du port « , indique Hilaire Lamizana.

Modernisation du terminal polyvalent

En effet, les travaux de la première phase du programme d’extension et de modernisation ont démarré depuis juin 2019. Le port a commencé par la construction du Terminal Industriel Polyvalent (TIPSP). Dédié aux flux de minerais (nickel, fer, manganèse, lithium, etc.), des engrais, des produits cimentiers et des produits pétroliers, ce terminal sera composé de 14 hectares de terre-pleins et de deux quais multifonctionnels. Le premier s’étendra sur 270 m linéaires avec un tirant d’eau de 15 mètres pour accueillir des navires de type Panamax. Le second aura un linéaire de quai de 220 m avec un tirant d’eau à 14 m. Il pourra traiter des unités de type Handymax. La mise en service commerciale est prévue pour le 4è trimestre 2021.

Déplacement et agrandissement du terminal à conteneurs

Outre ce terminal, le port de San Pedro travaille actuellement au déplacement et à l’agrandissement du terminal à conteneurs de San Pedro (TCSP). Des travaux qui seront engagés en 2021. Au final, le TCSP pourra accueillir des navires de 14 000 EVP avec des tirants d’eau de près de 15,50 mètres. Il offrira deux postes à quai de 800 m linéaires avec une superficie de 30 hectares et 8 portiques de dernière génération. Ces installations permettront au port de San Pedro de disposer d’une capacité de 1 MEVP.

Un futur terminal minéralier

Enfin, le port prévoit aussi la construction d’un terminal minéralier pour l’exploitation des gisements nationaux. Au global, « l’extension et la modernisation du port de San Pedro aura un impact significatif sur le volume de trafic avec près de 100 Mt/an », assure Hilaire Lamizana.