Vracs secs : la Chine doit reconstituer ses stocks de minerais de fer et de charbon

Dans son rapport hebdomadaire sur les marchés du vrac sec, le courtier grec Intermodal prévoit une fin d’année forte sur les marchés du vrac sec. La demande chinoise en minerais de fer et en charbon ne devrait pas baisser. De plus l’Inde pourrait venir alimenter la croissance de la demande.

En mai, le courtier grec Intermodal indiquait que le second semestre de l’année devrait être exceptionnel pour le marché des vracs secs. Dans son analyse du 12 octobre, Intermodal confirme cette analyse. En effet, la saison haute de fin d’année affiche les taux de fret à des niveaux pas atteints depuis trois ans. En mai, le courtier a expliqué l’importance pour les sidérurgistes chinois de reconstituer leurs stocks de matières premières. Depuis cette époque, la congestion dans de nombreux ports chinois et le besoin en énergie des usines chinoises, et par voie de conséquence en charbon, ont fortement impacté les taux de fret au niveau mondial.

Minerais de fer: une reconstitution de stocks en Chine

La reconstitution des stocks de minerais de fer devrait atteindre des sommets au cours du dernier trimestre de l’année, indique le rapport hebdomadaire d’Intermodal. Et pourtant, continue le courtier grec, la production d’acier en Chine s’inscrit dans une courbe descendante. La crise de l’électricité en Chine amène le gouvernement de Pékin à revoir à la baisse la production sidérurgique. « Des baisses qui vont s’intensifier à partir du 15 novembre jusqu’à la fin de l’année, dans un premier temps et ensuite jusqu’au mois de mars 2022, dans un second temps », indique le rapport d’Intermodal.

Pas de baisse des approvisionnements

Ces baisses de production ne devraient pas réduire les approvisionnements en minerais de fer, selon Intermodal. En premier lieu, la production de minerais de fer reste la plus forte au cours du dernier trimestre de l’année. Un phénomène qui incite les sidérurgistes chinois à s’approvisionner sur le marché international en raison de la baisse des prix. Ensuite, la production sidérurgique par électrolyse demande une plus grande quantité d’électricité. Or, avec la progression exponentielle du coût de l’électricité, les sidérurgistes préfèrent se tourner vers une production à base de  minerais, moins consommatrice d’électricité, plutôt que de la ferraille.

Un pic attendu début 2022

La reconstitution des stocks en Chine pourrait atteindre son pic au cours du premier semestre 2022. Depuis la fin du premier trimestre de cette année, les stocks de minerais de fer ont progressé de 9,2 Mt. Les ports disposent encore de nombreux espaces pour augmenter ces stocks. Alors, quand la Chine disposera de suffisamment de matières premières, la demande en navire devrait décroître rapidement.

La hausse du gaz naturel

L’autre élément qui explique la bonne tenue des taux de fret des vracs secs vient du coût de l’énergie. La hausse du gaz naturel amène de nombreux gouvernements à se tourner vers d’autres sources de production d’électricité. Pour assurer son approvisionnement en charbon, les taux de fret n’ont eu de cesse de progresser au cours des dernières semaines à des niveaux pas atteints depuis 12 ans.

L’Inde vient jouer le trouble-fête

En Chine, la production locale de charbon devrait être augmentée sans qu’elle puisse couvrir les besoins en électricité de l’hiver. Les stocks relevés dans les différentes unités de production thermique sont à un niveau bas. Pour y remédier la Chine va avoir un besoin important d’importer du charbon vapeur. Cette demande en charbon va augmenter avec l’entrée de l’Inde sur ce marché. Les stocks y sont les plus bas depuis 2017, avec une capacité de production de 4 jours.

Pékin et Canberra en discussion

Face à la demande croissante de matières premières de charbon et de minerais de fer, les Capesizes se retrouvent dans une situation plutôt enviable, même si les taux accusent un léger repli ces derniers jours. De plus, les tensions diplomatiques entre la Chine et l’Australie obligent les acheteurs chinois à se tourner vers d’autres marchés et donc allonger considérablement les temps de transport.

Des négociations entre le gouvernement de Pékin et celui de Canberra seraient en cours pour assouplir les relations entre les deux pays. Deux éléments militent pour ce réchauffement. En premier lieu, la production de minerais et de charbon australien permettrait à la Chine de reconstituer plus rapidement leurs stocks. Ensuite, l’Australie annonce des hausses de sa production céréalière. Pour la Chine, s’alimenter sur le marché australien permet de réduire les coûts des céréales et notamment le prix du transport.