CDC et DP World créent une plate-forme pour le financement portuaire en Afrique

Le 12 octobre, le fonds d’investissement britannique, CDC Investments, et le manutentionnaire DP World ont annoncé la création d’une plate-forme pour investir en Afrique. Ce véhicule financier sera doté de 1,7 Md$. Il vise trois ports : Berbera, Dakar et Sokhna.

Mariage de la carpe et du lapin ou opportunités croisées ? Difficile de répondre. Toujours est-il que DP World, manutentionnaire originaire de Dubaï, et le fonds d’investissement britannique, CDC, ont créé une plate-forme pour investir dans la logistique en Afrique. DP World prévoit d’investir 1 Md$ dans les prochaines années. De son côté le CDC entre dans cette plate-forme avec 400 M$. Le fonds prévoit d’apporter 320 M$ plus tard. Au total, 1,72 Md$ pour la logistique en Afrique.

Un fonds entre les mains du ministère des Affaires étrangères

De la part de DP World, présent en Afrique de l’Ouest, de l’Est et du Nord, investir dans les ports n’a rien de bien original. Les choses en sont tout autrement pour le CDC. Ce fonds d’investissement a été créé en 1948, au sortir de la guerre pour apporter un soutien aux sociétés qui interviennent dans les pays les plus pauvres du monde. Ce fonds est constitué sous la forme d’une société publique qui appartient à 100% au FCDO, Foreign, Commonwealth & Development Office, le ministère britannique des affaires étrangères.

Investir dans les ports et la logistique

Le partenariat entre les deux groupes vise à apporter un soutien financier au développement et à la modernisation des ports et des aspects terrestres de la logistique. Pour le CDC, le portuaire est un élément vital pour la croissance économique. Dans un communiqué le CDC explique que « l’Afrique est limitée dans sa croissance économique en raison de ports et de systèmes logistiques inadaptés. Le CDC veut changer les choses. Cette plate-forme devrait accélérer le potentiel économique de l’Afrique et améliorer les perspectives de million de personnes. »

Mettre à disposition du capital patient

Dans la corbeille de mariage, DP World apporte trois terminaux qu’il opère en Afrique : Dakar au Sénégal, Sokhna en Égypte et Berbera au Somaliland. La plateforme d’investissement des deux opérateurs va se concentrer sur ces trois ports dans un premier temps. Pour le CDC, mettre à disposition du « capital patient » pourra aider DP World d’aller plus loin dans ses projets d’expansion portuaire et « dans un objectif qui augmentera notre impact positif dans la région ».

Berbera: attirer l’Éthiopie dans son hinterland

L’investissement visant le port de Berbera est destiné à lui permettre de devenir un hub régional. L’investissement dans ce port doit apporter, selon le CDC, une dynamique à la croissance économique du pays. Les travaux d’expansion et le futur port emploieront plusieurs milliers de personnes. Berbera permettra aux populations du Somaliland de développer les exportations de bétail, de textile, de produits agricoles et de matériaux de construction.

Pour le CDC, l’impact de cet investissement au Somaliland se répercutera dans toute la Corne d’Afrique. L’Éthiopie bénéficiera de ces développements. Berbera veut jouer le rôle de porte d’entrée pour le pays enclavé. Le port du Somaliland devra faire face à la concurrence du port de Djibouti, qui est relié à l’Éthiopie par une voie de chemin de fer, dont la gestion a été confiée à China Merchants. DP World veut faire de Berbera la porte d’entrée de l’aide humanitaire pour la région.

Dakar: développer la logistique vers les pays enclavés

Le choix d’intégrer dans cette plate-forme le terminal à conteneurs de Dakar est lié à la volonté du CDC de vouloir apporter son soutien au désenclavement du terminal sénégalais. « Chaque jour plus de 1000 camions entrent dans ce terminal situé en cœur de ville. Cela amène des embouteillages et des bouleversements des chaînes logistiques », indique le CDC. En investissant avec DP World dans le projet du futur terminal à conteneurs de Dakar, à Ndayane, le fonds d’investissement britannique veut aider le Sénégal à soutenir sa croissance. Il avance que cet investissement privé permettra à la population locale d’avoir accès à des biens à des prix plus abordables. Ce nouveau terminal aura des effets jusqu’à l’intérieur du continent et notamment pour le développement économique du Mali.

Sokhna: un hub sur l’Asie et le Moyen-Orient

Enfin, le choix du port de Sokhna en Égypte tient à sa position géographique au sud du canal de Suez. Dans l’esprit des deux investisseurs, DP World et le CDC, ce port doit jouer un rôle logistique majeur. Le port connait de profonds changements. Le manutentionnaire de Dubaï, présent sur le port depuis plus de 12 ans, a déjà réalisé de nombreux investissements. Le premier bassin du terminal à conteneurs est opérationnel. Le second bassin doit l’être dans les prochains mois. Le projet d’expansion financé par la plate-forme prévoit d’agrandir encore les zones logistiques et d’améliorer la productivité du terminal. L’objectif est de positionner ce port comme un espace stratégique entre l’Égypte et le Moyen-Orient.

Intégrer la dimension environnementale

Les fonds apportés par le CDC n’ont pas uniquement un effet pour le développement des affaires dans chaque pays visé. Le fonds d’investissement britannique veut peser de tout son poids dans le changement climatique. « Nous serons attentif aux impacts environnementaux de chaque projet portuaire. Nous attendons des rapports réguliers pour chacun de ces projets ».