Ictsi double la capacité du port de Matadi

Le groupe de manutention philippin Ictsi a commencé la phase 2 des travaux du port de Matadi. Des travaux qui vont lui permettre de doubler sa capacité pour la porter de 200 000 EVP à 400 000 EVP.

L’opérateur du terminal à conteneurs du port congolais de Matadi va passer à la phase 2 de son expansion. Des travaux qui vont permettre au port congolais de doubler sa capacité de traitement de conteneurs pour passer de 200 000 EVP à 400 000 EVP. En investissant sur le terminal, l’opérateur souhaite faire du port de Matadi l’entrée naturelle vers la mégalopole de Kinshasa. Aujourd’hui les flux vers la capitale de la République Démocratique du Congo utilise le port de Pointe-Noire, au Congo voisin. Le gouvernement de la RDC souhaite disposer de sa propre sortie.

« Le port de Matadi, indique le concessionnaire du terminal, présente l’avantage d’être le plus près de la ville de Kinshasa et offre des coûts de transport terrestre réduits ». La phase 2 des travaux comprend l’extension du quai de 350 m linéaires à 500 m, offrant la possibilité de faire accoster deux navires de type Wafmax (4 500 EVP) simultanément. La surface de stockage passera à 10,5 hectares. Avec ces infrastructures, le concessionnaire du terminal va investir dans de nouveaux moyens de manutention et des équipements informatiques. Deux portiques viendront appuyer les opérations des trois grues mobiles actuelles. Des engins de parc viendront améliorer les opérations sur l’aire de stockage. Le système informatique sera étendu pour une meilleure efficacité et une plus grande fluidité du trafic.

100M$ d’investissements

« L’expansion du MGT, Matadi Gateway Terminal, est en rapport avec les projections de croissance de la République Démocratique du Congo et correspond aux demandes des armements et des chargeurs Le marché de la RDC est sur une pente ascendante avec des taux de croissance importants mais en partant de bas. La RDC devrait devenir un marché émergent dans les dix prochaines années. Nous sommes persuadés que ce programme d’expansion des travaux de 100 M$ va accompagner le pays dans sa croissance », a indiqué Hans Ole Madsen, vice-président du groupe Ictsi en charge de l’Europe, Afrique et Moyen-Orient.
Le terminal à conteneurs de Matadi est exploité par une joint-venture entre le groupe de manutention philippin Ictsi et un fonds congolais, la Société de Gestion Immobilière Lengo, qui dispose de terrains le long de la rivière Congo. En prenant la concession du terminal en janvier 2014, la joint-venture s’est engagée à améliorer les capacités du port en le dotant d’installations modernes. La première phase des travaux, achevés en 2016, a consisté à mettre en service deux quais pour une longueur totale de 350 m capable de traiter des navires de 12 000 EVP et 350 000 tpl.