Beyrouth, après l’explosion, un incendie ravage un entrepôt

Le 10 septembre, un incendie s’est déclaré dans un entrepôt de la zone franche du port de Beyrouth. Il intervient un mois après l’explosion qui a ravagé le port.

Le port de la capitale libanaise n’en finit pas de faire front à des incidents. Après l’explosion du 4 août, un incendie a ravagé un entrepôt de la zone franche du port de Beyrouth. Selon certaines sources, le feu aurait pris dans un lieu de stockage géré par la Croix Rouge internationale. Selon France Info, l’entrepôt servait au stockage de colis alimentaires et d’huiles destinés à la population libanaise après l’explosion survenue le 4 août.

Alors que le feu semblait enfin maîtrisé le 11 septembre, le lendemain (le 12 septembre) des fumées se sont échappées des restes de l’incendie faisant craindre un nouveau départ de feu. Les services des pompiers de la ville ont souligné qu’il n’y avait plus aucun risque et que le feu était finalement maîtrisé. Le port de Beyrouth a repris ses opérations 48 heures après l’explosion du 4 août. Néanmoins, une grande partie du fret destiné à la capitale a été transférer vers le port de Tripoli.


Beyrouth : un trafic de de 2,5 Mt

Le port de Beyrouth fait partie du top 10 des ports Méditerranéen. Il a réalisé un trafic de 5,8 Mt en 2019. Des flux qui sont relativement stables par rapport à l’année précédente. Sur les huit premiers mois de l’année, le port de Beyrouth accuse un retard de 38% de son trafic à 2,5 Mt. Le signe d’une crise économique marquée dans le pays qui s’aggrave d’années en années. L’explosion aura certainement un effet sur le long terme. Néanmoins, au cours des huit premiers mois de l’année, le trafic de Beyrouth n’a eu de cesse de perdre de ses volumes. En effet, il enregistre une baisse de 30% en moyenne. En août 2020, le trafic a été divisé par deux par rapport à l’année précédente.
Le trafic conteneurisé suit les mêmes tendances. En 2019, Beyrouth a enregistré un trafic de 1,2 MEVP. Des volumes en baisse de 5,8% par rapport à 2018. Avec 524 166 EVP de réalisés sur les huit premiers mois, Beyrouth accuse un repli de 39% de son trafic conteneurisé. Comme pour le trafic global, chaque mois Beyrouth accuse un retard sur les chiffres de 2019 de 30% en moyenne. En août, le trafic conteneurisé a perdu 65,3% de son trafic par rapport au même mois de l’année précédent.


 

ipsum facilisis Phasellus Donec accumsan Sed Praesent in