Cimer : le portuaire au cœur des débats avec une nuance pour les professionnels

Le 22 janvier, le Comité interministériel de la mer s’est tenu au Havre. Le premier Ministre sa donné les grandes orientations de la politique maritime et portuaire des prochaines années. La réponse des professionnels par la voix de Michel Segain, président de l’UMPF, a été nuancée.

Les 21 et 22 janvier, la ville du Havre a été à l’honneur. Le 21, le CMA CGM Jacques Saadé a réalisé sa première escale au Terminal de France, à Port 2000. Le 22 janvier, Le Havre a été le lieu de la tenue du Comité interministériel de la mer. Il a réuni le premier Ministre, Jean Castex, la ministre de la Mer, Annick Girardin et le ministre chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari.

Un Cimer orienté vers les ports

Attendu avec impatience par les professionnels de la filière maritime, le Cimer a posé les bases de la politique maritime et portuaire de la France. « Si je suis ici au Havre, ce matin, c’est aussi évidemment pour parler d’avenir, l’avenir, évidemment, de l’activité portuaire et maritime », a rappelé le premier Ministre. Un Cimer que Jean Castex a voulu orienter vers les ports.

Ce Cimer pose quatre mesures phares. En premier lieu il prévoit la mise en place d’une stratégie portuaire nationale. Le premier Ministre souhaite que nos ports réalisent entre 60% et 80% du trafic conteneurisé créé par les entreprises françaises. De plus, il acte la fusion des trois ports de la Seine, Le Havre, Rouen et Paris au sein d’Haropa. Enfin, il lance l’idée d’une étude sur les mesures fiscales permettant de dynamiser l’attractivité des zones industrialo-portuaires.

Jusqu’à 650 M€ dans le cadre du plan de relance

Parallèlement aux mesures concernant les ports, le Cimer a établi une stratégie pour les grands fonds marins. Encore, il pose les bases d’une politique pour le déploiement des énergies marines renouvelables. Enfin, il prévoit des mesures de la filière maritime et portuaire notamment pour la pêche et l’aquaculture, la préservation du littoral. « Sur ces bases, l’ambition pour la relance du secteur maritime pourrait s’élever jusqu’à 650 m€ », indique le document publié à l’issue du Cimer.

Répondre aux ports francs anglais

Un volet sur le Brexit tant pour la pêche que les ports a fait l’objet de nombreuses discussions. Face aux intentions du gouvernement de Londres de créer des « ports francs » dans le sud de l’Angleterre, le premier Ministre a répondu. « Nous avons engagé le travail pour répondre sans délai à l’offensif des ports francs que nos amis britanniques entendent développer à la suite du Brexit ».

Passer de la parole aux actes

Ces décisions, les professionnels du portuaire les ont accueillies avec un optimisme modéré. Michel Segain, président de l’Union maritime et portuaire de France, a réagi aussitôt après le Cimer. L’escale havraise du CMA CGM Jacques Saadé devrait inspirer le gouvernement, a souligné Michel Segain. « À partir du moment où il existe une volonté, nous passons des paroles aux actes. Cet armateur l’a fait sur la transition écologique. Le gouvernement devrait prendre exemple sur cet armateur en passant de la parole aux actes pour sa stratégie portuaire nationale », a commencé par nous confier Michel Segain.

Gouvernance: inscrire les présidents des UMP dans les personnalités qualifiées

Pour revenir sur les demandes des professionnels portuaires, Michel Segain a rappelé son souhait d’aborder la Stratégie portuaire nationale en abordant les questions liées à la domanialité, la fiscalité, les zones franches et la gouvernance des ports. Sur ce dernier point, le président de l’UMPF a regretté que les premières réponses apportées par le ministre chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, n’ai pas répondu à ses attentes. « Le ministre nous a confirmé que deux personnes qualifiées siègeront au conseil de surveillance. Nous l’acceptons à condition qu’une de ces deux personnes soit le président de l’union maritime et portuaire locale ».

Stratégie portuaire nationale: elle en sera pas tout

Dans son analyse des décisions du Cimer, Michel Segain alerte les pouvoirs publics sur l’absence de décisions sur la gouvernance. « Sans être présent au conseil de surveillance, les investisseurs privés se voient exclus des décisions. C’est inquiétant pour la relance des ports pour les décennies à venir. » Parmi les annonces faites par le premier Ministre lors du Cimer, la Stratégie portuaire nationale a été longuement abordée. Pour Michel Segain, cette Stratégie ne sera pas tout. Il appelle le gouvernement à éviter de se disperser. « Comment voulez-vous réussir une politique portuaire quand les ministres en charge de la mer, des transports, sans parler de Bercy et de l’Europe. Pour mener une politique maritime et portuaire il serait utile d’avoir un ministère plein avec son administration qui soit en charge de ces questions. Il faut être pragmatique. »

Créer la Task Force maritime et portuaire à Bruxelles

De plus, la Stratégie nationale portuaire devient une nécessité dans les conditions économiques et sanitaires actuelles. « Nous devons être prêts pour la reprise économique », a rappelé Michel Segain. Pour cela il prône la mise en place de la Task Force maritime et portuaire France à Bruxelles. Il a regretté que lors du Cimer la dimension européenne des questions maritimes et portuaires n’aient pas été abordées. « Cette Task Force doit être créée rapidement avec un ministère qui coordonne cette politique », souhaite le président de l’UMPF.

prévoir des accords avec les ports francs anglais

Autre sujet, les ports francs que le gouvernement de Boris Johnson veut créer dans le sud de l’Angleterre. En France, il s’agit de zones stratégiques portuaires. Pour Michel Segain, ces zones stratégiques portuaires doivent analyser le moyen de mettre en place les aspects douaniers et fiscaux dans ces zones mais aussi « d’aller au-delà ». En ce sens, le président de l’UMPF appelle à mener l’offensive face aux ports francs. Cette offensive pourrait se matérialiser par des accords entre l’Angleterre et la France, voire l’Europe pour créer une coopération de ces entités.

Pour voir l’ensemble du discours du premier Ministre sur les questions maritimes et portuaires lors du Cimer du 22 janvier.