Les ports du range nord affichent une croissance sur les neufs premiers mois

Avec la croissance de la demande des consommateurs, les trafics portuaires des principaux ports du range Nord affichent des taux de croissance entre 4% et 10%.

Les ports d’Europe du Nord se portent bien. Depuis le début de l’année, du Havre, ou plutôt Haropa, à Hambourg, en passant par Rotterdam et Anvers, les trafics sont en hausse. Des augmentations qui concernent l’ensemble des courants portuaires.

Haropa: meilleure progression en neuf mois

Les trafics globaux des différents ports montrent que Haropa a enregistré la meilleure progression en pourcentage avec une progression de 10% à 61,2 Mt. Pour les trois ports de Seine, cela représente un gain de 5,4 Mt sur les neufs premiers mois de l’année. Comparativement à ses concurrents du range d’Europe du Nord, Haropa a tiré son épingle du jeu. S’il reste en dessous du tonnage additionnel des ports de Rotterdam et d’Anvers, qui ont gagné, respectivement 27,7 Mt et 8,2 Mt, il rattrape son retard avec Hambourg. En effet, le port allemand a réalisé un trafic de 95,8 Mt mais n’a gagné que 2,7 Mt.

Hambourg profite de la reprise de la sidérurgie

Du côté des vracs solides, Haropa est le seul port à avoir perdu du trafic sur les neufs premiers mois de l’année. Avec 9,9 Mt, il affiche une diminution de 11% de son trafic de vracs secs. L’explication tient à la mauvaise campagne céréalière précédente qui a pesé sur les six premiers mois de l’année. D’autre part, la baisse du trafic de charbon de 28,9% a été forte. Une diminution qui tient à la politique nationale vers la transition écologique. Le port de Hambourg a gagné 17,8% sur les trafics de minerais et de charbon sur les trois premiers trimestres. La forte demande sidérurgique allemande a tiré les trafics de vracs.

Rotterdam perd 12,8% sur les vracs agroalimentaires

À Rotterdam, le trafic de vracs agroalimentaires s’affiche aussi en retrait de 12,8% à 6,9 Mt. Ces trafics sont réalisés en grande majorité à l’importation. Cette diminution tient aussi à la forte demande en 2020 de produits agroalimentaires face à la pandémie. Dans le port néerlandais, les autres vracs secs ont enregistré une bonne tenue. Une progression liée à la reprise de la sidérurgie en Allemagne qui s’approvisionne par le port de Rotterdam après une année de baisse de la demande en 2020. De plus, le port néerlandais a bénéficié de la forte demande en énergie. Ainsi, le trafic de charbon a progressé de 48,4% à 16,5 Mt. De plus, les centrales thermiques ont brulé de la biomasse avec le charbon, permettant d’accroître les importations.

Pétrole en progression…

Les vracs liquides ont connu des sorts plus constants. Les ports d’Europe du Nord affichent une progression de leur trafic. Pour les ports de Seine, le pétrole brut est en progression de 4,8% à 10,7 Mt alors que les produits raffinés ont perdu 1,6% à 12,8 Mt. Au port de Hambourg, le trafic de vracs liquides est resté stable sur l’ensemble de ces trois premiers trimestres. Quant à Rotterdam, le port affiche une augmentation de 6,4% à 152 Mt pour les vracs liquides. Tous les courants du port sont en progression.

…GNL en baisse

Dans ces filières des vracs liquides, les ports de Zeebrugge et de Rotterdam ont vu leur trafic de GNL se réduire. Aux Pays-Bas, le GNL a perdu 1,8% à 4,9 Mt. Une baisse relativement minime. Sur le port de Zeebrugge, la diminution de volume du gaz naturel est plus importante. En effet, le GNL a perdu 29,8% à 6,4 Mt. Ces diminutions d’approvisionnement en gaz naturel liquéfié tiennent aux prix de ce produit sur le marché mondial. En augmentant, les opérateurs se tournent vers d’autres énergies. Un vase communiquant qui a profité surtout aux pétrole brut et produits pétroliers.

Conteneurs: 31% de hausse en Seine

Quant aux conteneurs, tous les ports du range nord affichent des hausses de trafic. Encore une fois, Haropa affiche la plus forte progression avec 31% d’augmentation à 2,2 MEVP sur les neufs premiers mois. Au fur et à mesure des mois, les ports de la vallée de la Seine grignotent les parts de marché qu’ils ont perdu en fin d’année 2019. Anvers garde plusieurs longueurs d’avance sur Haropa avec 9,1 MEVP sur les trois premiers trimestres mais avec une progression moins forte à 2,8%. Hambourg connaît la plus faible progression avec 2,4% mais reste malgré tout sur le podium avec 6,5 MEVP. Enfin, Rotterdam conserve sa pole position avec 11,5 MEVP, en augmentation de 7,8%.

Rotterdam et Anvers souffrent de congestion

Des hausses qui tiennent au retour d’une demande importante des consommateurs. Ces progressions ont causé de nombreuses perturbations dans le monde portuaire sur cette année. Rotterdam et Anvers souffrent. De nombreux navires attendent devant les ports pour pouvoir entrer et décharger leurs boîtes. Une situation qui n’a pas touché le port du Havre.