Port de Sète sud de France : un AMI pour étendre la vocation logistique du port

Le Port de Sète Sud de France lance un AMI pour étendre sa vocation dans la logistique portuaire. Il lance un appel à manifestation d’intérêt pour trois lots fonciers à l’entrée du port. L’ambition du port vise à étendre sa vocation logistique et à se doter d’une zone de service pour l’accueil des transporteurs routiers.

Le port de Sète a connu, comme ses concurrents européens, un tassement de son activité en 2020 en a acquis des terrains pour étendre sa vocation de logistique portuaire. Pour se faire, il lance un Appel à manifestation d’intérêt (AMI) sur trois lots fonciers modulables.

Port Sète Sud de France
Les zones des trois lots. © Port de Sète Sud de France.

Ces trois lots, intégrées dans l’AMI se situent à l’entrée du port. Elles seront commercialisées sous le nom de Zone Logistique de Brocéliande. Elles sont situées à 8 km de l’autoroute A9 qui longe la côte méditerranéenne depuis l’Espagne jusqu’à l’Italie. Les trois lots de la zone sont positionnés en amont de l’entrée dans la ville de Sète, proches du rond-point de la Peyrade, accès principal et direct au port de commerce.

 

Un lot équipé d’un entrepôt

Le premier lot, lot n°3, se compose d’un terrain de 1,7 hectares. Il est déjà équipé avec un entrepôt de 4700 m2. « Nous souhaitons faire de cet espace, une zone dédiée à la logistique portuaire, à savoir accueillir des activités économiques qui seront en lien avec notre activité portuaire », explique Olivier Carmes, directeur général du Port de Sète Sud de France.

Un lot nu pour des activités d’entreposage

Le deuxième lot, le lot n°2, aurait pour vocation d’accueillir des activités logistiques. Il est actuellement à nu. « Nous souhaitons pouvoir accueillir des activités logistiques sur ce terrain. Cet espace permet de construire un entrepôt de 9000 m2 », continue le directeur général du port occitan.

Un village pour les chauffeurs routiers

Port Sète zone logistique
Le port de Sète Sud de France propose trois lots pour implanter des activités de logistique portuaire et un “vollage” pour les chauffeurs routiers. © Port de Sète Sud de France

Enfin, le dernier lot, le lot n°1, serait dédié à la création d’un espace de vie pour les chauffeurs routiers. Il s’étend sur 2,5 hectares. « Nous voulons créer sur ce terrain un pôle d’accueil, avec services associés, pour les chauffeurs routiers afin qu’ils trouvent des commodités pour se reposer, se restaurer et disposer d’un parking sécurisé ». Aujourd’hui, les chauffeurs arrivent avec plusieurs heures d’avance sur leurs opérations. Ouvert 12 heures avant les opérations logistiques des camions, cet espace permettrait, avec le parking sécurisé, de pouvoir attendre en toute confiance.

Un village en deux phases

Le port veut intégrer ce projet de « pôle d’accueil pour les chauffeurs » auprès d’un opérateur privé. Il prévoit dans son document d’origine le développement de cet espace dédié en deux phases. La première s’étendra sur 1,6 hectares pour accueillir les services essentiels pour les chauffeurs. La seconde phase est prévue sur 0,9 hectares. Elle pourrait permettre l’implantation d’une station-service disposant de ressources pour alimenter en hydrogène les camions. « Cette évolution vers des ensembles routiers plus écologiques est une tendance que nous devons prendre en compte. Le besoin en énergies alternatives pour les camions va devenir un véritable sujet pour accompagner les développements de la logistique portuaire », explique Arnaud Rieutort, directeur commercial du Port de Sète Sud de France.

Privilégier des activités de logistique portuaire

« Ces zones logistiques s’adressent principalement aux entreprises ou groupement d’entreprises souhaitant s’implanter dans le domaine portuaire pour y développer des activités logistiques et industrielles en lien avec l’activité maritime et portuaire », continue le directeur général du port. Les terrains ont été acquis par la Région Occitanie et transféré au port pour sa gestion en début d’année 2021. Elles entrent donc désormais dans la circonscription portuaire. Après l’Appel à manifestation d’intérêt, les candidats devront signer une convention d’occupation avec le port d’une durée à définir avec les porteurs de projet selon les niveaux d’investissements. La plupart des zones disposant d’entrepôts et de bureaux, elles s’adressent plutôt à des entreprises de transport et des logisticiens souhaitant développer leurs activités de cross-dock ou d’entreposage.

Synergie entre logistique et les services maritimes

La proximité de ces zones avec les quais du port et les dessertes terrestres (autoroute A9 et terminal multimodal du port) offrent aux opérateurs des solutions pour développer les activités actuelles du port. Aujourd’hui, le port de Sète Sud de France développe de nombreuses liaisons roulières avec la Turquie (services de DFDS), le Maroc (services de GNV, Baléaria et Neptune) et les principaux ports d’Afrique de l’ouest (services de Grimaldi).

Une place portuaire au cœur des échanges mondiaux

Ce projet s’inscrit dans la stratégie du port sur l’avenir. « Depuis 2007, date du transfert du port de l’État à la Région Occitanie, Port de Sète Sud de France s’est largement modernisé. Il offre aujourd’hui un outil performant, innovant et fiable pour le développement de nouvelles activités notamment en lien avec la logistique terrestre. Le transport maritime joue un rôle prépondérant dans les échanges commerciaux internationaux. La Méditerranée est devenue un vecteur de transport majeur dans les liens entre les continents.  Dans ce contexte, nous réalisons toute l’importance que peut jouer une interface portuaire comme le port de Sète. L’acquisition de ces nouvelles zones logistiques permet de constater que l’importance d’une place portuaire ne se mesure pas aux seules relations commerciales qu’elle suscite mais aussi et surtout aux activités nouvelles qui naissent autour de ses quais », indique le directeur général du Port de Sète Sud de France, Olivier Carmes.

Publi rédactionnel