Ports du Maroc : une baisse de trafic au premier trimestre

Les ports du Maroc, gérés par l’Autorité nationale portuaire, affichent une baisse de 2,3% sur le premier trimestre.

Avec 22,8 Mt sur les trois premiers mois de l’année, les ports marocains gérés par l’ANP affichent une baisse de 2,3% par rapport au premier trimestre 2020. Ce premier trimestre reste malgré tout en progression par rapport à 2019. En effet, le trafic portuaire reste en progression de 4,9% par rapport aux trois premiers mois de 2019.

Une baisse liée aux importations

En 2021, la baisse de trafic tient principalement aux importations. Elles perdent 3,6% à 14,1 Mt. Les entrées des aliments pour le bétail, des céréales, du charbon et des produits sidérurgiques participent à cette diminution. Dans le même temps, les exportations ont augmenté de 1,5%, grâce aux trafics de gypse et d’acide phosphorique. Cette hausse ne compense pas les diminutions des importations.

Conteneurs: une hausse de 0,5%

Le trafic conteneurisé enregistre une progression de 0,5% sur les trois premiers mois avec 354 388 EVP. Une hausse du nombre de conteneurs mais, une baisse du tonnage de 1,3% à 3,4 Mt. Le trafic du port de Casablanca a augmenté de 1,6% à 303 000 EVP quand celui d’Agadir enregistre une baisse de 5,6% à 50 000 EVP.

Trois ports pour 76% du trafic total

Trois ports réalisent 76% de l’ensemble des ports gérés par l’ANP, soit 17,5 Mt : Jorf Lasfar, Casablanca et Mohammedia. Le principal port marocain, Jorf Lasfar a vu son trafic se réduire de 9,3% à 8,7 Mt. Une diminution qui porte principalement sur les trafics d’importation de charbon et coke de pétrole, céréales, hydrocarbures et d’exportations d’engrais. Le port de Casablanca, avec 7,6 Mt, en baisse de 1%. Une tendance liée à la baisse des importations de charbon et de produits sidérurgiques et des exportations de phosphates. Enfin, le port de Mohammedia a perdu 8,6% pour atteindre 1,2 Mt. Les trafics pétroliers de fuel et de gasoil expliquent cette diminution.

Céréales: une baisse par rapport à 2020 et 2019

Dans son rapport trimestriel, l’ANP analyse en détail le trafic céréales. Elle note que ce flux a enregistré une baisse de 2,9% à 2,1 Mt. Or, sur le premier trimestre 2020, le trafic céréalier des ports marocains a augmenté de 38% par rapport à la même période de 2019. En effet, au cours des quatre premiers mois de l’année 2019, le trafic céréalier des ports du royaume chérifien ont atteint 2,5 Mt. Ainsi, les projections de trafic amènent à une relative stabilité des flux céréaliers entre 2019 et 2021.

Phosphates: une hausse de 2,9%

Autre flux important des ports du Maroc, les phosphates et ses produits dérivés ont augmenté de 2,9% à 8,4 Mt. Un flux tiré par les exportations d’acide phosphorique et les importations de soufre et d’acide sulfurique. Une performance qui aurait pu être meilleure sans la baisse des exportations de phosphates et d’engrais.

Fermeture du trafic passagers

La situation sanitaire du Maroc a obligé les autorités locales à ordonner la fermeture des frontières terrestres et maritimes du pays. Les entrées ne peuvent se faire que pour des raisons impérieuses. Une décision qui a fortement impacté le trafic de passagers. Seul le port de Nador a enregistré des trafics de passagers (1208 personnes). Tous les autres ports sont fermés pour la plaisance, la croisière et le trafic de passagers.