Le Grand port maritime de Bordeaux contracte un prêt impact

Le 4 décembre, le Grand port maritime de Bordeaux a contracté un prêt impact avec la banque Arkéa pour un montant de 5M€. Une première en France.

Le Grand port maritime de Bordeaux est le premier port français à avoir contracté un prêt impact. L’autorité portuaire a lancé un appel d’offres pour ce prêt. « Nous avons choisi Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels pour son offre de prêt impact qui nous implique plus dans notre démarche RSE », nous a confié un responsable du port. Pour la banque, il s’agit du premier prêt « PACT » conclu avec un Établissement public, et en Nouvelle Aquitaine.

Un prêt de 5M€

Le prêt s’élève à un montant de 5M€. Son objectif vise à financer le projet de « modernisation du parc à conteneurs de Bassens » d’un montant total de 9 M€. Le prêt comprend un taux fixe. « Ce taux fixe se conjugue avec un système de bonification en fonction de notre action sur la transition écologique, le social et la gouvernance », nous a confié Renaud Picard, directeur administratif et financier du GPM Bordeaux.

Une bonification selon des critères écologiques, sociaux et de gouvernance

Cette bonification est accordée après un examen par un organisme indépendant, EthiFinance. « Ce cabinet défini les critères pour bénéficier de la bonification. Après un an, nous verrons notre taux se réduire si nous avons répondu positivement aux critères établis par EthiFinance », continue Renaud Picard. Les critères retenus par l’organisme de contrôle visent la transition écologique. Le GPM doit réduire les gaz à effet de serre, les émissions carbonées, le traitement des déchets, la qualité des eaux entre autres. De nombreux critères sont définis par EthiFinance, a rappelé le directeur administratif et financier.

Des critères sur l’égalité hommes/femmes

Les critères du volet social concernent principalement les achats responsables dans les fournitures du GPM mais aussi le paiement dans des délais raisonnables. Enfin, le volet gouvernance est destiné à couvrir l’égalité entre les hommes et les femmes dans les différentes instances du port. Il sera notamment observé l’accession de personnes féminines comme administratrice. « Cette initiative constitue un signal fort du GPMB de s’inscrire dans une démarche vertueuse qui sera déclinée et mesurée lors de l’élaboration du projet stratégique », assure le DAF du GPM.

Le prêt impact permettra le financement du projet de modernisation de la zone de Bassens. « Cependant, l’analyse selon les critères par EthiFinance se feront sur l’ensemble du port », indique Renaud Picard.

accumsan ut vulputate, id elit. odio lectus Lorem consequat. mi, Praesent amet,