GPM de Marseille-Fos : des mesures en faveur de la relance, second volet

Le 17 septembre, à l’occasion de l’assemblée générale de l’Union maritime et fluviale, la place portuaire de Marseille-Fos a annoncé des mesures pour aider à la relance. Après les annonces du mois d’avril, la place portuaire phocéenne veut aller encore plus loin.

Le 17 septembre, l’ensemble de la place portuaire a signé un document prévoyant six mesures en faveur de la relance du Grand port maritime de Marseille. Quelques jours avant cette réunion, le président de l’Union maritime et fluviale de Marseille, Jean-Claude Sarremejeanne, nous a confié que le port phocéen doit jouer un rôle en Méditerranée. Pour se faire, il a besoin d’un plan de relance efficace et à la mesure des ambitions que le GPM veut donner à sa place.

Un pacte d’engagement à trois

Dans cet esprit, l’UMF avec le GPM et MGI ont signé un pacte d’engagement. L’objectif visé par ce document est de s’engager sur des mesures commerciales. Elles seront d’application immédiate. Elles représentent un engagement de 6,5 M€. « Au travers de cette stratégie, la place souhaite adresser un signal fort à ses clients et prescripteurs en s’engageant sur du long terme à devenir plus compétitif », indiquent les signataires.

Six mesures phares

Ces six mesures concernent :

  • La fluidité du passage portuaire tant du côté mer que du côté terrestre ;
  • La fiabilité et l’information clients pour mesurer la fiabilité de façon objective ;
  • Des investissements en faveur d’un port tourné vers la transition écologique ;
  • La sûreté et la sécurité des biens et des personnes ;
  • Les aménagements et les investissements pour offrir des solutions logistiques ;
  • Le développement commercial en soutenant les clients du port.

Des réductions pour les opérateurs de navires rouliers

Ces différentes mesures sont destinées à attirer à Marseille-Fos les armateurs et les chargeurs. Pour les armateurs, la place portuaire accorde des mesures spécifiques depuis le 1er septembre. En premier lieu, les droits de port pour les opérateurs de navires rouliers seront réduits de 30% pendant trois mois.

Conteneurs: cinq mois pour les opérations de transbordement

En second lieu, les opérateurs conteneurs voient la réduction de ces droits portée à 50% et ce pendant une période de quatre mois. Les armateurs qui réaliseront des opérations de transbordement sur le port de Fos se verront offrir une réduction supplémentaire de 50% pendant quatre mois.

Adaptation des frais de stationnement

De plus, des remises de frais de stationnement pour les navires immobilisés et un moratoire sur les pénalités de conventions de terminaux sont appliqués depuis le 1er septembre. Ce moratoire vise essentiellement les pénalités prévues dans les conventions de terminaux lorsque le trafic n’est pas atteint. Quant aux frais de stationnement, ils sont adaptés. Cela concerne principalement les navires de croisière qui stationnent dans le port. Ils sont arrêtés en raison de la pandémie.

Droits d’entrée offerts

Les chargeurs ne sont pas oubliés. Le pacte d’engagement a été signé par MGI, société d’informatique portuaire. Elle propose un CCS (Cargo Community System), CI5, déployé sur la place. « Il constitue un levier de compétitivité pour les chargeurs puisqu’il leur permet de piloter leurs flux logistiques en accédant en direct aux informations relatives à leurs marchandises », rappelle l’UMF. Pour participer à la relance portuaire, l’opérateur informatique a décidé d’offrir à tous les nouveaux chargeurs les droits d’entrée dans le système jusqu’à la fin de l’année. Elle va plus loin en offrant le premier mois d’abonnement.

Dans la continuité des mesures d’avril

Ces différentes mesures s’inscrivent dans la continuité des mesures prévues en avril. Ces réductions tarifaires ont une valeur limitée jusqu’en fin d’année. Les partenaires de ce pacte d’engagement annoncent déjà des mesures sur le plus long terme entre les acteurs. Elles viseront à améliorer la fluidité, la fiabilité et l’environnement.

Il faut tenir la distance

Le président de l’UMF se dit confiant dans l’avenir du port. « Nous sommes une communauté soudée et c’est en agissant tous et de manière concertée, que nous réussirons à tenir la distance en tant que premier port de France et l’un des premiers d’Europe. Durant cette période inédite, qui ressemble plus à un marathon qu’à une course de vitesse, nous devons tenir sur la distance. »

Lorem consectetur Donec ut elementum tempus consequat. libero in