Port autonome de Dakar : l’emprunt obligataire souscrit à 157%

L’emprunt obligataire lancé en octobre par le Port autonome de Dakar a été souscrit à hauteur de 157%. Des sommes collectées pour la création du port du futur de Dakar sur le site de Ndayane. Emerging Africa Infrastructure Fund a souscrit pour 8,7%.

Le 10 octobre, le Port autonome de Dakar assisté par la SGI Invictus Capital & Finance a lancé son emprunt obligataire pour financer les travaux du futur port de la capitale sénégalaise. Avec un taux de rendement de 6,6%, cet emprunt obligataire a reçu un accueil favorable.

Une souscription de 94,6 Md FCFA

Le 12 octobre, le Port autonome de Dakar a annoncé la fermeture de cet emprunt. En effet, en 12 jours, l’emprunt a été souscrit à hauteur de 157%. Prévu pour une somme de 60 Md FCFA (91,3 M€), ce sont 94,6 Md FCFA (144 M€) qui ont été souscrits, soit 157%.

Un fond prend 8,7%

L’emprunt a été souscrit à hauteur de 8,3 Md FCFA (12,6 M€) par le Emerging Africa Infrastructure Fund, une filiale de Private Infrastructure Development Group, soit 8,7% des sommes totales. Le PIDG est un fond d’investissement créé par les gouvernements britanniques, néerlandais, suisse, australien, suédois et allemand avec IFC, International Finance Corporation, filiale de la Banque Mondiale.

Port du futur de Dakar

Les sommes collectées par cet emprunt doivent permettre le financement du futur port de Dakar. Elles doivent permettre la construction des trois phases de ce port du futur. Situé à 35 km de l’actuel port par voie maritime et 70 km par la route, le nouveau port dakarois sera situé sur le site de Ndayane. L’objectif visé par ce nouveau port est de résoudre la congestion que le port actuel vit en raison de sa situation en cœur de ville. Selon la presse africaine, ce projet coûterait 1000 Md FCFA.

Un projet qui s’intègre dans le Plan Sénégal Émergent

Le port de Ndayane s’intègre dans le Plan Sénégal Émergent, initié par le président de la République, Macky Sall lors de son premier mandat. Ce futur port s’étendra sur une zone de 600 hectares qui comprendra le nouveau port, l’aéroport international ouvert en 2017 et une zone économique. Il sera relié aux réseaux routier et ferroviaire sénégalais.

Démenti sur les intentions de DP World

En février, des allégations de la presse sénégalaise ont fait état d’une “vente du port du futur de Dakar au groupe émirati DP World”, Des affirmations que l’autorité portuaire a démenti immédiatement. DP World, qui gère déjà le terminal à conteneurs a souvent souligné sa volonté d’être un partenaire pour ce projet. Des allégations qui font suite à une rencontre à Dakar avec le Sultan Ahmed Bin Sulayem, président de DP World.

amet, Praesent odio nec accumsan mattis