Le bilan 2020 des ports français : résilience des trafics

Nous publions le bilan 2020 des ports français de Métropole et d’Outre-mer. L’analyse des trafics est détaillée par filières. Ensuite, pour chaque port, nous reprenons les principaux projets d’investissements en 2021.

 

Cette année, nous avons voulu, malgré la crise, dresser un bilan du trafic marchandises des ports français. La crise sanitaire et ses conséquences économiques n’ont épargné aucun port dans le monde. En France, les différents trafics ont subi les effets de cette crise avec un mot d’ordre : la résilience.

Des trafics par filière

Ce numéro détaille chaque filière dans son contexte national et face aux concurrents étrangers. Depuis Hambourg à Gênes en passant par Haropa, Brest, Saint-Nazaire et Marseille-Fos, les flux affichent des baisses importantes.

Vous retrouverez dans cette publication des explications sur le charbon, les minerais, les céréales, les hydrocarbures, le GNL, les trafics conteneurisés en France et en outre-mer, les voitures neuves et les conventionnelles.

Investissements: le cap est gardé

Ces diminutions n’ont pas entamé la marche en avant des ports français. Que ce soit en Métropole ou en outre-mer, les ports français ont continué leurs investissements. Ils sont dirigés vers les infrastructures mais aussi la diversification des trafics.


Bolloré Logistics  France PCS GPM Martinique