Ever Given: le canal de Suez bloqué

Échoué dans le canal de Suez en raison d’un fort coup de vent, le Ever Given perturbe toutes les activités maritimes mondiales.

Informations actualisées le 26 mars à 17h00.

Le 26 mars, une nouvelle opération pour sortir le Ever Given de la berge du canal de Suez a été tentée. Elle est restée vaine. Deux nouveaux remorqueurs de la société de sauvetage Smit, missionnée par le gestionnaire du navire, la société allemande Bernhard Schulte Shipmanagement, sont attendus sur site le 28 mars.

Une drague suceuse sur site

L’objectif est de profiter des grandes marées de solstice pendant le week-end pour retirer le navire de la berge du canal. Des opérations pour évacuer la boue et le sable du côté bâbord du navire sont actuellement en cours. Une drague suceuse est arrivée sur place. Elle offre une capacité de 2000m3/heure.

Délester les soutes et les ballasts du navire

Les experts de Smit Salvage, arrivés sur place, ont déclaré à l’agence de presse Reuters qu’il faudrait sans doute évacuer les soutes et les ballasts pour pouvoir dégager le navire. Il s’agit de la dernière chance. Si l’opération de délestage du navire ne suffit pas, les experts estiment qu’il faudra alors décharger une grande partie du chargement, « ce qui pourrait prendre des semaine », indiquent les experts. L’armement du navire est assuré, pour sa responsabilité civile, auprès du UK P&I Club. La mutuelle d’assurance assure suivre les opérations.

L’embouteillage s’allonge

Au fur et à mesure que les opérations échouent, la liste des navires en attente s’allonge. MSC a publié le nombre de navires à l’ancre. Ils sont quatre à être amarré dans le lac Amer, en transit le 23 mars, date du sinistre. Huit navires étaient censés emprunter le canal de Suez les 24 et 25 mars. Selon certaines sources, il y aurait plus de 200 navires bloqués en amont et en aval du canal.

Des alternatives

Les armateurs disposent de solutions de rechange. Ils peuvent emprunter la route arctique. Or, cela signifierait que les conteneurs devant être livrés entre l’Europe et l’Asie accuseraient un retard supplémentaire. Cette alternative n’est possible que dans certaines conditions. L’autre alternative sera d’emprunter la route par le cap de Bonne Espérance, un temps de transport supérieur. Enfin, il est toujours possible de rejoindre l’Asie par le canal de Panama avec le risque d’embouteiller la voie maritime américaine.

Routes de la Soie?

Il existe aussi la solution terrestre par les trains entre l’Europe et la Chine. La voie ferroviaire reste une alternative coûteuse par rapport au maritime. Le choix de ces routes alternatives n’interviendra pas avant d’avoir une vision à plus long terme sur la durée du déséchouage du navire.

 

Les embouteillages sont généralement le lot des grandes métropoles. Il a suffi d’un coup de vent violent et d’une tempête de sable pour se rendre compte de la fragilité du commerce international avec l’échouage d’un navire dans le canal de Suez.

Conséquences en cascade

Le 23 mars, un porte-conteneurs de Evergreen, le Ever Given, s’est échoué dans le canal de Suez. En provenance de Rotterdam, ce navire devait rejoindre l’Asie. Il bloque l’ensemble de la navigation dans cette artère qui relie l’Asie à l’Europe. Une situation compliquée qui se répercute sur l’ensemble des opérateurs maritimes. La tentative de déséchouage du navire a commencé dès le 24 mars. Elle s’est avérée sans succès. Les opérations ont cessé le 24 mars. Elles doivent reprendre dans la journée du 25 mars.

Échoué dans l’ancien canal

En 2016, l’Égypte a inauguré un nouveau canal. Sur une partie du canal, la voie maritime a été doublée sur plus d’une trentaine de kilomètres. Ce nouveau canal permet d’accueillir plus de navires et des unités de plus fort tonnage. Or, le Ever Given a subi son sinistre dans la partie ancienne du canal qui ne prévoit qu’une seule voie.

Sept navires de Mærsk bloqués

Le monde maritime reste dans l’attente du retrait du navire. Pour Mærsk Line, premier armement conteneurisé mondial, l’embouteillage créé par cet incident touche toutes les lignes Asie Europe. Ce sont sept navires de l’armement qui sont en attente soit dans le canal soit à l’entrée de la voix maritime. L’effet pourrait aussi se démultiplier sur les liaisons entre l’Asie, l’Europe et les ports de la côte est des États-Unis, dont la route emprunte traditionnellement ce canal.

Des retards de livraison à prévoir

Les armateurs ont alerté leurs clients. « Il faut s’attendre à des retards dans les livraisons de marchandises », ont averti Mærsk Line et MSC. Et l’armement suisse prévient : « les clients de MSC dont l’expédition doit transiter par le canal dans les jours à venir doivent se préparer à d’éventuels changements de programme. »

Une centaine de navires en attente

L’assureur Allianz a réagi à ce sinistre. Il rappelle que la route passant par le canal de Suez permet de réduire de 9000 km la liaison entre l’Asie et l’Europe. Selon les dernières informations dont dispose Allianz une centaine de navires sont en attente devant le canal de Suez bloqué.

Des répercussions dans la construction automobile

« L’embouteillage survient à un moment particulièrement difficile pour les lignes d’approvisionnement mondiales. Les constructeurs automobiles et les fabricants d’ordinateurs sont confrontés à une pénurie mondiale de puces, exacerbée par l’incendie d’une grande usine de fabrication de puces au Japon la semaine dernière », continue Allianz.

Et après, la saturation attendue dans les ports

Une autre inquiétude est née de ce sinistre. Quand le navire sera déséchoué, les soucis ne seront pas résolus pour autant. En effet, tous les navires vont arriver dans les ports européens et asiatiques au même moment. La saturation pourrait se reporter directement dans les ports.

© Photo publiée sur Instagram par FallenHearts17