Le Nigéria doit améliorer ses ports pour devenir un hub dans la Zlecaf

Le secrétaire général du conseil des chargeurs du Nigéria, Emmanuel Jime, a déclaré, lors d’un entretien avec le journal Vanguard le 2 septembre, que les ports du pays ont des efforts à mener pour devenir un hub dans le cadre de la Zlecaf.

Instaurée depuis le 1er janvier, la Zlecaf (Zone de libre échange continentale africaine) établit un marché unique pour les biens et services fabriqués en Afrique, élimine les droits de douane de 90 % et s’attaque aux barrières non tarifaires telles que les délais douaniers. Son objectif est de renforcer le commerce intra africain.

Le renforcement des capacités portuaires

Pour accompagner la mise en place de ce nouveau « marché unique », les ports vont jouer un rôle essentiel. Or, dans un webinaire organisé par le Nigeria Shipper’s Council (NSC) le 2 septembre, Emmanuel Jime, secrétaire général de l’organisation, a plaidé pour un renforcement des capacités portuaires au Nigéria. « Nous devons analyser les indicateurs portuaires pour que les ports du Nigéria deviennent des hubs dans la Zlecaf », a rapporté le site Vanguard.

Un Logistic Performance Index faible

Selon le responsable du NSC, le Nigéria se situe à la 14è place dans la Logistic Performance Index de la Banque mondiale. Il est derrière l’Afrique du sud, l’Égypte et le Kenya. Le second élément qui ne plaide pas en faveur des ports nigérians est le « dwell time », soit le temps pour sortir une marchandise du port.  À Durban, en Afrique du sud, et à Lomé, au Togo, ce temps est estimé aux environs de 4 jours, indique le secrétaire général. Il est de 20 à 22 jours au Nigéria.

Encore du travail à faire

Des éléments qui amènent Emmanuel Jime à s’inquiéter. « Il reste que les ports du Nigéria ont encore beaucoup de travail à fournir pour se positionner comme hub dans la Zlecaf », rapporte le journal nigérian. Pour se faire, il demande au gouvernement de mener tous les efforts nécessaires pour arriver à cette fin.

Accélérer la construction du port de Lekki

En premier lieu, demande le responsable des chargeurs nigérians, il faut relier les ports du pays aux principaux corridors d’Afrique de l’Ouest. Ensuite, l’automatisation des procédures dans les ports doit s’accélérer avec la mise en place d’un guichet unique. Encore, la mise en place d’un scanner dans les ports, l’accélération de la construction du futur port de Lekki et l’amélioration de la chaîne logistique des produits agricoles doivent guider les politiques.