Exclusif : Michel Segain se déclare candidat à un troisième mandat à la présidence de l’Umep

Lors d’un entretien exclusif accordé à Ports et Corridors, Michel Segain, actuel président de l’Umep, a déclaré être candidat pour un troisième mandat. Il revient sur le bilan des deux mandats et expose les grandes lignes de ses propositions pour les trois années à venir.

Au cours des dernières années, quelques présidents de l’Umep ont limité le nombre de leurs mandats à deux consécutifs. Parce qu’il estime devoir continuer l’action menée au cours des six dernières années, Michel Segain, actuel président de l’Umep se présente à un troisième mandat.

La création d’une Task Force à Bruxelles

L’actuel président de l’Umep revient sur son bilan des six années de présidence. Il explique ce qui a été réalisé. D’une part, il a été créé une union entre les trois unions maritimes de l’axe Seine, Gennevilliers, Rouen et Le Havre. Ensuite, une « Task force » entre les unions maritimes et la Région Normandie s’est installée à Bruxelles. D’autre part, il revient sur la création d’une plate-forme pour le traitement phytosanitaire des grumes à l’export. Enfin, les membres de l’Umep demandaient depuis plusieurs années qu’un partenariat soit créé avec les industriels de la place. Au cours du premier mandat, les industriels regroupés dans Synerzip et l’Umep ont pu créer ce partenariat “dans d’excellentes conditions”, précise michel Segain.

 

 

La ligne ferroviaire Serqueux-Gisors électrifiée

Autre dossier abouti pendant les deux mandats de Michel Segain, la participation dans l’électrification de la ligne ferroviaire entre Serqueux et Gisors. L’Umep a relancé le dossier qui « traînait » depuis plus de 25 ans. Aussi, l’Umep a présenté un plan stratégique de 1,7 Md€. Le conseil de surveillance a adopté une motion pour investir 610M€. Cette somme sera notamment affectée à la construction de la chatière du Havre. Enfin, il revient sur la proposition de scinder la France en deux façades commerciales : l’une depuis Dunkerque jusqu’à Bayonne, l’autre regroupant les ports de Méditerranée.

 

Participer à la transition écologique du port

La seconde mandature s’est centrée sur la formation professionnelle. De plus, des actions sur le développement du photovoltaïque ont pris naissance. Elles devraient aboutir par des réalisations concrètes dans le second semestre 2021. En outre, le président de l’Umep et ses équipes ont agi en faveur de la transition numérique. Cette seconde mandature a aussi été marquée par la crise sanitaire. L’Umep a travaillé pour permettre aux entreprises d’assurer la continuité de leurs opérations en fournissant des masques et gants aux salariés.

Faire aboutir la PPL de Michel Vaspart

Ces deux mandats ont aussi connu des échecs. Ainsi, la volonté de faire entrer le privé dans le cœur du réacteur de la gouvernance de Haropa a échoué. Sans être enterré, Michel Segain veut rebondir sur l’adoption au Sénat de la PPL de Michel Vaspart. Lors de cet entretien, Michel Segain présente son projet. Après l’échec de l’ouverture de l’Umep à d’autres professions. Il appelle à faire entrer dans l’organisation les professionnels routiers, ferroviaires et fluviaux. Il souhaite que chaque union maritime de l’axe Seine porte le même nom avec le lieu de son siège, Seineport Union Le Havre, Seine Port Rouen et Seine Port Gennevilliers. 

Se préparer à la fusion entre Anvers et Zeebrugge

De plus, il milite pour la création d’une Task force maritime et portuaire France à Bruxelles. Pour la reconquête de trafics, il appelle à rapprocher les ports de l’axe Seine avec celui de Dunkerque en vue de la fusion entre Anvers et Zeebrugge, qui créera un géant portuaire nord européen. Il propose un partenariat avec les ports anglais pour développer ensemble les zones franches des deux côtés de la Manche.

Le projet normand d’Hyperloop

Enfin, dans son exposé sur les dossiers à mener lors de cette prochaine mandature, Michel Segain dévoile ses ambitions pour intégrer les sociétés privées dans le projet d’Hyperloop entre la région parisienne et la Normandie. Cette ligne doit relier Caen, Rouen, Le Havre, Paris et les aéroports tant pour les passagers que le fret de messagerie.