Le Nouvel an de la logistique portuaire

Le Cimer tant attendu doit enfin se tenir le 22 janvier. Ce Comité interministériel à la mer est fortement attendu par les professionnels du monde portuaire. La question demeure de savoir si la montagne va accoucher d’une souris.

Le dernier Cimer date de décembre 2019. Depuis 13 mois, un nouveau Cimer doit se tenir pour confirmer les orientations politiques du gouvernement. Le Cimer du 22 janvier sera celui qui donnera les grandes lignes pour la fin du mandat présidentiel d’Emmanuel Macron. Le précédent Cimer a assuré la publication d’une stratégie portuaire nationale. Attendue pour le mois de mars 2020, puis de juin 2020 et enfin de décembre, cette stratégie n’est toujours pas publiée. Admettons que la crise sanitaire soit passée devant les grandes lignes du monde portuaire.

Le 22 janvier, ne nous attendons pas à voir cette stratégie nationale publiée. Le Cimer sera, encore une fois, un chapelet de bonnes intentions politiques. Des promesses qui n’engageront que ceux qui y croient.

Rompre avec l’absence des ports français

En 2021, il est temps de rompre avec l’absentéisme portuaire français dans le concert européen. Monsieur le Premier ministre, vous avez les cartes en mains pour marquer cette année d’une pierre blanche en décidant de changer la politique portuaire française. Depuis trois décennies, cette politique brille par son absence.

Les attentes des UMP

Un dossier réalisé par Ports et Corridors a rassemblé les positions des Unions maritimes et portuaires. Les présidents demandent une présence dans les conseils de surveillance des Grands ports maritimes. Ils revendiquent le statut d’investisseurs dans les ports. Ils ont montré leur attachement en dépensant parfois plus que l’État.

Qu’attendez-vous pour répondre à leurs attentes ? Ce Cimer peut se révéler être aussi l’année zéro de l’abandon des ports français. Imaginons que ces investisseurs portuaires privés décident de mettre un terme à leurs développements. Les ports français ne seraient que l’ombre d’eux-mêmes. N’imaginez pas que cette situation soit de la politique fiction. Elle peut facilement devenir uen réalité. Nous ne la voyons pas comme du chantage mais plutôt une fin en soi.

Loi sur la gouvernance portuaire

Et pourtant, Monsieur le Premier ministre, vous n’avez qu’un coup de pouce à donner. Un texte sur la gouvernance portuaire a été adopté en décembre par le Sénat. Le ministre en charge des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a mis un terme à cette proposition de loi en demandant que le texte ne soit pas transmis à l’Assemblée nationale. Pour une fois, un texte présentait l’avantage d’être œcuménique. Entendre le ministre des Transports dire qu’il est préférable d’insérer dans d’autres textes législatifs l’ensemble de ces revendications a été une façon diplomatiquement élégante de renvoyer aux calendes grecques des décisions simples et efficaces.

Plan de relance: l’oubli des ports

Que dire aussi de la place des ports dans le plan de relance. Il prévoit une enveloppe de 200 M€ pour le verdissement des ports. Une plaisanterie, une insulte, que dis-je, une bouffonnerie, nous a confié un responsable portuaire.

Dans les Hauts de France, les responsables politiques ont rencontré les industriels de la région pour leur présenter leur nouveau slogan : « import, export, je passe par mon port ». L’idée est bonne mais il faut offrir aux chargeurs les conditions de mettre en place la révolution de la logistique portuaire. Et pourquoi ne pas obliger les entreprises aidées dans le cadre du plan de relance à les obliger à emprunter les ports français pour leurs flux maritimes. Pour une fois, les fonds de l’État auraient un retour sur investissement.

Et 2021 sera logistique

Des idées et des suggestions, le monde économique de la logistique portuaire en a plein les poches. Monsieur le Premier ministre, ferez-vous un Cimer sous la forme d’un chapelet d’intentions sans véritable décision, comme vos prédécesseurs ? Vous le constatez avec les vaccins contre la Covid 19. La logistique est essentielle. Nous vous le répétons. Vous êtes attendu au Havre en ce 22 janvier. Faites de cette journée, le nouvel an de la logistique portuaire.